C`est du 10 au 14 avril 2013 qu`aura lieu le 15e Salon international du livre de Québec (SILQ) au Centre des congrès de Québec. Le Salon a pour thème « Lire sans frontières ». L`événement est sous la présidence d`honneur du romancier français Marc Lévy. En 13 ans, ce dernier a publié 14 romans. Romancier à succès, chacun de ses livres se transforme en best-seller. Ses romans sont traduits en 45 langues et vendus à plus de 28 millions d’exemplaires, ce qui fait de Marc Levy, l’auteur francophone le plus lu dans le monde. Son plus récent ouvrage, Un sentiment plus fort que la peur (Robert Laffont, 2013), est paru en février dernier en France et au Québec.

Cette année, plus de 800 maisons d’éditions présenteront leurs nouveautés et convieront les visiteurs (65,000 à 70,000 bon an, mal an) à rencontrer les auteurs et illustrateurs. Le SILQ prévoit ainsi la participation de quelque 1000 auteurs des pays francophones et d’autres acteurs culturels réunis par amour de la littérature. Au menu : lectures publiques, spectacles, expositions, tables rondes, rencontres d’auteurs et séances de dédicaces.

Au niveau de la programmation, quelques activités retiennent notre attention. D`abord, samedi le 13 avril à 15h00 sur la Scène des Rendez-vous littéraires, une Table ronde intitulée « Écrire sur l`actualité : Quels sont les impacts visés ? ». Animée par Catherine Lachaussée, elle réunira Normand Lester (À brûle-pourpoing, Les Intouchables), Normand Mousseau (Le défi des ressources minières, MultiMondes) et Djemila Benhabib, (Des femmes au printemps, VLB éditeur).

Puis, le même jour, à 17h00 sur la Scène des Rendez-vous littéraires, une autre Table ronde intitulée « Qu`avons-nous appris, un an plus tard, sur le  » printemps érable  » ? ». Animée par Stanley Péan, elle réunira Patrick Nicol (Terre des cons, La mèche), Maude Bonenfant, (Le printemps québécois. Une anthologie, Écosociété), Laurence-Aurélie Théroux-Marcotte, (Dictionnaire de la révolte étudiante, Tête première) et Renaud Poirier St-Pierre (De l’école à la rue. Dans les coulisses de la grève étudiante, Écosociété).

Durant l`événement, le SILQ propose plusieurs expositions dans le Foyer du Centre des Congrès de Québec dont « Correspondances d’hiver ». La carte postale était autrefois l’outil de communication par excellence pour communiquer tant l’anodin que l’essentiel. Aujourd’hui, elle témoigne des contingences matérielles de la vie quotidienne. Mais aussi des obsessions d’une époque révolue. Ces images, qui ont voyagé partout au pays, ont fait connaître autant les grandes villes que les petits patelins du Québec. Illustrant des scènes d’hiver au Québec de la fin du XIXe siècle aux années 1940, les cartes postales reproduites en grand format qui composent cette exposition suggèrent une autre lecture des traces du passé. Tirées des collections de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, les cartes postales choisies font partie intégrante de notre patrimoine. Elles dessinent un passé certes lointain mais en droite ligne avec le présent.

 

Info. : www.silq.ca