Le 24 juillet 2013 est décédé à l`âge de 80 ans le philosophe américain Frederick Irwin Dretske, soit moins de trois mois après avoir appris qu`il avait le cancer. Il était l’un des philosophes actuels majeurs aux États-Unis, dans les domaines de l’épistémologie et de la philosophie de l’esprit. Il a enseigné pendant de nombreuses années à l’Université du Wisconsin à Madison, puis, en 1990, à l’Université de Stanford (Californie). Son travail a été très influent dans son domaine et a été respecté au niveau international.

Il fut l’un des représentants du courant « externaliste » de la philosophie de l’esprit. Ces derniers s’opposent aux internalistes, défendant l’existence d’une frontière étanche entre le monde et notre esprit. Pour les externalistes, cette séparation n’est pas pertinente : nos pensées, idées, concepts, sont influencés et doivent leur contenu à notre environnement, qu’il soit physique, biologique ou social. L’influence de Dretske se prolonge dans les domaines de la philosophie de l`action. Son article « Reasons and causes » (1989) ayant une grande importance s’agissant des théories de l`intentionalité. Dans ce texte, il démontre que le contenu de nos intentions est la cause directe de nos actions. Ses travaux récents portaient sur l`expérience consciente et la connaissance de soi.

Repères biographiques

 

Il naît le 9 décembre 1932 à Waukegan (Illinois), aux États-Unis. Il est le fils de Frédéric et Hattie Dretske. En 1954, désirant devenir ingénieur, il obtient un diplôme en génie électrique (BSSE) de l`Université Purdue. Surnommée le « berceau des astronautes », celle-ci est située à West Lafayette (Indiana). Il s`inscrit dans l`armée afin d`obtenir le GI Bill. En 1958, il termine une MA en philosophie à l`Université du Minnesota. En 1960, à l`âge de 28 ans, il obtient un doctorat en philosophie de cette même institution. En 1965-1966, il est membre de l`American Council of Learned Societies. En 1969, il publie Seeing and Knowing (The University of Chicago Press). En 1975-1976, il est boursier de la National Endowment for the Humanities. En 1978-1979, il obtient le prix d`excellence William H. Kiekhofer, de l`Université du Wisconsin. En 1981, il fait paraître Knowledge and the Flow of Information (Cambridge, Mass. The MIT Press). Dans ce livre, il présente une approche interdisciplinaire aux problèmes traditionnels d’une interprétation clairvoyante de la théorie de l’information. En 1984-1985, il sert comme président de la division centrale de l`American Philosophical Association (APA). En 1985, il est titulaire de la chaire Julius Weinberg, à l`Université du Wisconsin. En 1985-1986, il est boursier de la National Endowment for the Humanities. En 1987-1988, il est boursier du Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences, à l`Université Stanford. En 1988, il fait éditer Explaining Behavior: Reasons in a World of Causes (Cambridge, Mass. The MIT Press). En 1993-1994, il est boursier du Stanford Humanities Center, à l`Université Stanford. En mai 1994, il reçoit le Prix Jean-Nicod (CNRS), remis chaque année, à Paris, à un philosophe travaillant dans le domaine de la philosophie de l’esprit, ou à un chercheur en sciences cognitives. En 1995, il publie Naturalizing the Mind (Cambridge, Mass. The MIT Press). Dans cet ouvrage, il soutient que, pour atteindre une compréhension de l’esprit, il ne suffit pas de comprendre le mécanisme biologique par lequel l’esprit fait son travail. Il faut comprendre que le travail de l’esprit et comment cette tâche peut être effectuée par un système physique le système nerveux. En 1997, il est titulaire de la chaire Bella et Eloise Mabury Knapp, à l`Université de Stanford. Du 1er au 15 octobre 1998, il est conférencier à l`Université de Canterbury, à Christchurch (Nouvelle-Zélande) dans le cadre des bourses Erskine.

En 1999, après sa retraite à l`Université Stanford, il est chercheur principal de la recherche (Senior Research Scholar) en philosophie à l’Université Duke, institution de recherche privée américaine, située à Durham (Caroline du Nord). En 2000, un recueil de ses essais paraît sous le titre Perception, Knowledge and Belief (Cambridge: Cambridge University Press). Du 12 au 17 mars 2001, il est professeur invité au Cecil and Ida Green Center, de l`Université de Colombie-britannique, à Vancouver. En 2003, il est élu Fellow de l`American Academy of Arts and Sciences. En 2008, il reçoit le Prix Humboldt (Allemagne), décerné à des chercheurs étrangers méritants. Il était marié à Judith Fortson avec qui il a eu deux enfants : Kathleen et Ray. À la demande du disparu, il n’y aura ni funérailles, ni service commémoratif.