C`est vendredi, le 27 septembre 2013 à 19h30 à la Salle Mélançon du Séminaire St-Joseph, à Trois-Rivières qu`aura lieu la conférence de Thérèse Nadeau-Lacour intitulée « Hildegarde de Bingen la magnifique : un docteur au service de la lumière ». L`événement est organisé conjointement par le groupe Rencontre intelligence et foi et la librairie Paulines dans le cadre de la série Repères pour l`essentiel.

La conférencière est Docteur en philosophie (France) et Docteur en théologie (Canada). Elle réside au Québec depuis 1990 où elle est professeur titulaire de théologie morale à l`Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et professeur associé de théologie spirituelle, à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l`Université Laval, à Québec. Spécialiste en anthropologie du « sujet croyant » et en théologie de la vie mystique, elle s`intéresse particulièrement aux maîtres spirituels de la modernité et à l`articulation des dimensions éthique et spirituelle de leurs expériences. Elle est également membre du comité scientifique du Centre d`étude des écrits de Marie de l`Incarnation (CÉMI).

Professeur de philosophie, à Avignon, où elle se passionne pour le philosophe allemand Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831), elle s’éloigne de la foi de son enfance, les idées de ce dernier pouvant, selon elle, éloigner de Dieu. Mais au début des années 70, découvrant la philosophie augustinienne, elle commence à se familiariser avec les grands philosophes chrétiens. Elle se marie en 1985 avec un médecin canadien. Devenue professeur de théologie au Québec, elle vient de diriger, en 2013, un livre collectif intitulé Au nom d’une passion : L`évangélisation dans le cœur des saints (Artège). Parmi ses autres publications, on retrouve : Thérèse d`Avila (Fides, 1999), Le temps de l`expérience chrétienne : Perspectives spirituelles et éthiques (Médiapaul, 2005), Augustin : les combats de l`esprit. Chronique d`une délivrance (Anne Sigier, 2006). Elle a également publiée : Nadeau-Lacour, Thérèse (dir.), Il suffit d`une foi. Marie et l`Eucharistie chez les fondateurs de la Nouvelle-France. (Anne Sigier, 2008); Brodeur, Raymond, Deslandres, Dominique, Nadeau-Lacour, Thérèse (dir.), Lecture inédite de la modernité aux origines de la Nouvelle-France. Marie Guyart de l`Incarnation et les autres fondateurs religieux (PUL, 2009). Il a aussi signée l`article « Marie de l`Incarnation » (p. 661-665) dans Les femmes mystiques : Histoire et dictionnaire, paru en 2013 dans la collection « Bouquins » aux Éditions Robert Laffont, à Paris.

 

Hildegarde de Bingen

Détails d`une illustration du Livre des Oeuvres Divines (Biblioteca Statale, Lucques, Italie)

 

Hildegarde de Bingen naît le 16 septembre 1098 à Bermersheim, près de Alzey (Hesse Rhénane). Elle meurt le 17 septembre 1179 à Rupertsberg (près de Bingen). C`est une mystique et une religieuse bénédictine. Née au cœur de la tourmente des Croisades, elle est dès son plus jeune âge, et jusque dans sa vieillesse, gratifiée de visions mystiques extraordinaires. Mondialement connue pour ses œuvres musicales, ses enluminures, sa connaissance des plantes médicinales et parfois pour ses recettes de cuisine, elle est avant tout une maîtresse spirituelle divinement inspirée. Hildegarde de Bingen élabore une anthropologie novatrice, veut guider les âmes et régénérer l`esprit. Son génie est de proposer une conception intégrale de la personne : « Le corps est l`atelier de l`âme où l`esprit vient faire ses gammes ». Le 7 octobre 2012, le pape Benoît XVI la proclame « Docteur de l`Église ». Elle est la quatrième femme gratifiée de ce titre depuis l`origine du Christianisme.