Par le biais d’un billet de Fabien Deglise, je découvre que le jeune bédéiste français Maximilien le Roy a mis en images «une vie» de Nietzsche inspirée d’un ouvrage de Michel Onfray, L’innocence du devenir, qui se présentait comme une proposition pour un scénario de film. 

L’ouvrage du 9e art paraîtra le 19 mars aux Éditions le Lombard.  Il faudra voir et lire pour en juger, mais si nous pensons aux voies ouvertes, par exemple, par Ernest Hemingway avec Le vieil homme et la mer pour faire ressentir les creusets d’un stoïcisme à partir des émotions volatiles de la jeunesse (par exemple), alors nous pouvons considérer qu’il pourrait être dommage de ne pas accorder l’attention qu’il faut à la parution de cet ouvrage du 9e art.  En attendant sa parution, pour en savoir un peu plus, outre le billet de Fabien Deglise, on peut consulter cette page du site de Maximilien le Roy.