Louis-André Dorion

Socrate dans tous ses états !!!

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 2, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Louis-André Dorion, jeune professeur de philosophie ancienne à l’Université de Montréal, a fait paraître en novembre 2004, dans la célèbre collection « Que sais-je ? », un très beau Socrate : son petit ouvrage fait le point de très claire façon sur plus d’un siècle d’érudition à propos de la fameuse question socratique. Bien des enseignants liront avec étonnement cette note en bas de page : « Platon et Xénophon ne parlent jamais du « daimon » de Socrate, mais plutôt de la divinité « daimonion » qui s’adresse parfois à Socrate par le truchement d’un signe [daimonion sêmeion]. C’est au IIe siècle apr. J.-C., à l’époque du moyen platonisme, que Plutarque, Maxime de Tyr et Apulée assimileront le signe divin de Socrate à un « démon », qui est une forme de divinité intermédiaire entre les hommes et les dieux. » p. 72-73. Sur bien des points – l’ironie, la prétendue ignorance, la pauvreté de Socrate, par exemple – ce jeune érudit apporte des perspectives vraiment nouvelles. L’exposé est toujours limpide, mais en même temps profond et tonique pour l’esprit. Bref, le Socrate de Dorion est éminemment actuel : certes, par l’examen de soi, le philosophe cherche à développer son autonomie morale, mais la raison humaine reste suspendue à la sagesse divine qui dispense des signes devant être interprétés. La sophia est l’apanage des dieux !

Pour lire le beau témoignage qu’il rend à Luc Brisson, cliquez ici

SPR

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

La direction adjointe aux ressources à l’enseignement nous avise qu’il est maintenant temps de rendre compte des diverses activités auxquelles nous avons souscrit l’année dernière dans le cadre de l’entente sur les services professionnels rendus.  Je mets ici en lien le texte de Lucie Comeau à cet effet ainsi qu’une copie du formulaire que chaque professeur doit compléter et me remettre.  J’ai mis sur le babillard de la salle des professeurs une copie du document indiquant les activités sélectionnées l’année dernière (petit coup de pouce à votre mémoire).  Prière de le remettre en place après usage.

Formulaire
Lettre de Lucie Comeau

La fin du livre?

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Un article publié dans l’édition du 30 août  du Devoir, L’ordinateur est peut-être l’outil le plus achevé de tous, a provoqué une certaine mobilisation de personnes que nous connaissons.  Patrice Létourneau et Yvon Paillé ont réagi à ce texte dont la prétention principale est de montrer  que l’ordinateur et le Web offrent à la réflexion un nouveau paradigme, autrement plus efficace que le livre, et que celui-ci est, à rebours, imparfait, voire nuisible. Lisez plutôt cet extrait de l’article en question :

« Plonger dans un livre, c’est entrer dans un cul-de-sac. Le livre isole le lecteur qui n’a plus que sa mémoire comme référence. Rencontre-t-il un mot nouveau, il hésite à quitter son livre pour trouver un dictionnaire et la définition. Alors que la réalité est infiniment complexe, l’imprimé est fermé sur lui-même. L’auteur décide ce que le lecteur saura et ce qu’il ignorera. »

Je laisse au lecteur le soin de se faire sa propre idée sur cet article.  Il contient son lot d’idées discutables.  N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires en cliquant sur le lien prévu à cet effet au bas de ce texte.

Retrouvez ici le texte d’Yvon Paillé et celui de Patrice Létourneau.

La Neuvaine

La neuvaine

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 3, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

La neuvaine de Bernard Émond sortira vendredi sur nos écrans [mise à jour : le film est maintenant sorti en DVD].  On aimera ou pas, on jugera bon ou mauvais ce film qui aborde une thématique spirituelle.   Des scènes sont tournées à Sainte-Anne-de-Beaupré.  Dans les entrevues données à la presse, Émond se définit de façon paradoxale comme un « catholique non-croyant »  L’expression a-t-elle un sens ?

La suite >

anti-nuage

L’antimatière: quand la physique flirte avec la métaphysique

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Je vous propose un site qui est une réussite à tout point de vue: « Antimatière: miroir de l’univers ». Ce site nous présente l’histoire de la plus étrange donnée de la physique contemporaine: l’antimatière. De sa découverte dans les années 30 aux grandioses tentatives expérimentales du CERN (Centre européen de recherche nucléaire), le site nous introduit de façon graduée et pédagogique à cette entité qui a conduit certains chercheurs à postuler l’existence d’un antimonde. De quoi faire pâlir le monde des Idées de Platon!

Cliquez sur l’image à gauche du texte pour l’agrandir (il s’agit d’un nuage d’antimatière dans la Voie Lactée).

Cliquez ici pour accéder au site.