C`est du 29 septembre au 8 octobre 2017 qu`a lieu le 33e Festival international de la poésie de Trois-Rivières (FIPTR). L`événement a pour thème ce vers évocateur du poète, romancier et dramaturge Robert Choquette : « C`est dans tes yeux que je vois mieux le ciel ». Cette année la place d`Armes, située sur la rue des Ursulines, portera le nom symbolique de Robert-Choquette pour la durée du festival. Aussi, dimanche, le 8 octobre sera une journée dédiée à la mémoire du poète Robert Choquette.

 

 

 

Robert Choquette naît le 22 avril 1905 à Manchester (New Hampshire). Il passe son enfance à Lewiston (Maine). En 1913, à la mort de sa mère, sa famille s`installe à Montréal. De 1914 à 1918, il étudie au Collège Notre-Dame. De 1918 à 1922, il poursuit ses études au Collège Saint-Laurent.

En 1925, il publie son premier recueil de poésie À travers les vents (Éd. Édouard Garand) pour lequel il obtient le Prix David en 1926. En 1926, il obtient un baccalauréat ès arts (B.A.), au Collège Loyola. En 1927, il est journaliste au quotidien de langue anglaise The Gazette pendant huit mois. La même année, il publie son premier roman La Pension Leblanc (Louis Carrier & Cie/Éd. du Mercure) Par la suite, il est directeur littéraire de La Revue moderne, publiée de 1919 à 1960 à Montréal, où il travaille durant deux ans et demi. En 1930, il est secrétaire-bibliothécaire à l’École des beaux-arts de Montréal. En 1931, il débute à la station de radio CKAC à Montréal comme scripteur de sketches. En 1931 également, il publie un recueil de poésie Métropolitain Museum (Herald Press). En 1933, il publie un autre recueil de poésie Poésies nouvelles (Éd. Albert Lévesque). En 1935, il inaugure le premier feuilleton radiophonique québécois Le Curé du village (Granger frères, 1936). En 1942-43, il est écrivain en résidence au Smith College de Northampton (Massachusetts). En 1944, il est membre fondateur de l`Académie des lettres du Québec. En 1953, il publie un recueil de poésie Suite Marine (Les Sociétés d`édition et de librairie Paul Péladeau). En 1958, il publie un roman Élise Velder (Fides). En 1961, il est élu Prince des poètes du Canada français. En 1963, à son retour de Paris, il entre dans la fonction publique canadienne en tant que diplomate. Il le sera jusqu`à sa retraite. En 1963-64, il est commissaire associé de la Commission du centenaire de la Confédération canadienne. De 1964 à 1968, il est consul-général du Canada à Bordeaux. En 1968, il est nommé compagnon de l`Ordre du Canada. De 1968 à 1970, il est ambassadeur du Canada en Argentine, en Uruguay et au Paraguay. De 1971 à 1973, il est président de la Société des écrivains canadiens. La même année, il est directeur régional d`Information Canada pour le Québec. De 1974 à 1980, il est président  de l’Académie canadienne-française. Il meurt le 22 janvier 1991, à Montréal. La suite >