Parutions

Éthique animale

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

On peut être surpris à quel point un livre peut changer notre vie. C’est le cas d’Elise Desaulniers, ancienne omnivore convaincue, dont l’existence a été bouleversée par la lecture du livre : L’éthique animale de Jean-Baptiste Jeangènre Vilmer. Depuis, Elise est l’auteur du plusieurs livres et l’une des spécialistes incontournables du véganisme au Québec.

Pour en savoir plus, je vous conseille la lecture de son blog

Blog d’Elise Desaulniers et du Site d’Elise Desaulniers

 

Voici la présentation de ses livres :

Vache à lait. Dix mythes de l’industrie laitière :

Cet essai dénonciateur met en cause la consommation excessive de lait au Québec.

 

Il n’est pas surprenant que les Québécois se classent dans le top 10 mondial des grands consommateurs de lait : nous en consommons en moyenne 84 litres par année. Nous avons réellement pris à cœur le slogan « Un verre de lait, c’est bien, mais deux, c’est mieux ». Mais à qui profite le second verre de lait ? À nous ou au producteur ?

L’industrie laitière, le secteur d’activité agricole le plus important au Québec, jouit depuis toujours d’une perception positive. Mais la prépondérance du lait dans notre alimentation et notre attachement aux produits laitiers n’auraient rien de naturel ; ils seraient plutôt le résultat de grosses campagnes de communication et de lobbying.

Serions-nous les vaches à lait de l’industrie ? Élise Desaulniers précise, raconte, dénonce. Elle souligne que le lait que nous buvons n’est pas celui que nous pensons boire, et encore moins celui que nous buvions il y a quarante ans. Elle enquête sur la Fédération des producteurs de lait du Québec, s’interroge à propos du Guide alimentaire canadien et du bien-être des vaches laitières et révèle la difficulté pour les jeunes fermiers d’accéder à la production commerciale.

(Source)

Je mange avec ma tête. Les conséquences de nos choix alimentaires :

Mangeons-nous intelligemment ? Mangeons-nous avec notre tête ?

 

Manger avec sa tête, affirme Élise Desaulniers, c’est choisir ce qu’on met dans son assiette, en sachant que les choix qu’on fait ont des conséquences: sur notre santé d’abord, mais aussi sur l’environnement, sur la vie des animaux, sur celle d’autres personnes. Dans dix chapitres, elle explique les bases de l’éthique alimentaire, en apportant un nouvel éclairage sur des enjeux tels que les pesticides, les OGM et les aliments bio. Le saumon sauvage est-il plus intéressant pour la santé? Doit-on vraiment acheter local? Devrions-nous privilégier le bio à n’importe quel prix? Autant de questions traitées avec nuance et intelligence.

(Source)

Nouvelle édition du «Scholar américain» d’Emerson pour son 176e anniversaire

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 3, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

À l’occasion du 176e anniversaire de la parution du livre du philosophe et poète étasunien Ralph Waldo Emerson sur Le scholar américain, publié en 1835, les éditions Triptyque en offrent une nouvelle traduction annotée et commentée par Pierre Monette.

 

Comme l’indique Michel Lapierre dans l’édition du 26 octobre 2013 du Devoir, «Dès 1885, on considéra l’ensemble du texte comme la «déclaration intellectuelle d’indépendance» des États-Unis.  [Et que]  L’essayiste Pierre Monette pense qu’aujourd’hui il devrait aussi inspirer le Québec». (source)

 

Voici la présentation de l’éditeur :

«Paru il y a 175 ans [sic : 176], en 1837, The American Scholar de Ralph Waldo Emerson (1803-1882) est le texte fondateur de l’identité culturelle états-unienne. Les États-Unis en avaient alors assez de se «nourrir des restes flétris de moissons étrangères», ainsi que l’écrivait Emerson. Or, nous aussi «avons trop longtemps prêté l’oreille aux gracieuses muses de l’Europe».

Accompagnée d’une présentation et de notes abondantes, cette traduction permet de retracer les voies qu’ont prises les hommes de lettres des États-Unis du XIXe siècle pour définir l’identité culturelle de leur nation — et peut-être de déterminer ce que pourraient être, aujourd’hui, les voies d’une ouverture de la culture québécoise à ce qui la lie à l’expérience continentale américaine.

 

Pierre Monette a enseigné pendant vingt ans au département de français du cégep du Vieux-Montréal, a signé de nombreux articles dans divers périodiques québécois et français et a collaboré pendant près d’une décennie à l’hebdomadaire Voir. Il a également publié plusieurs ouvrages: Onon:ta’. Une histoire naturelle du mont Royal (essai, Boréal, 2012), St. John de Crèvecoeur et les Lettres d’un fermier américain (essai, PUL, 2009), Rendez-vous manqué avec la révolution américaine (essai, Québec Amérique, 2007), Dernier automne (roman, Boréal, 2005), Pour en finir avec les intégristes de la culture (essai, Boréal, 1996), L’immigrant Montréal (essai, Triptyque, 1994), Le guide du tango (essai, Triptyque / Syros-Alternatives, 1992), Macadam Tango (essai, Triptyque, 1992) et, avec Ramon Pelinski, Tango nomade (essai, Triptyque, 1991).» (source)

 

______

*Note : les personnes intéressées par ce sujet le seront peut-être aussi par celui-ci : «En vue d’un État des lieux de la philosophie au Québec (22-24 novembre 2013)»

La suite >