Présentement à l`affiche, au Québec, dans plusieurs salles de cinéma, les cinéphiles et les intéressés peuvent visionner le drame biographique franco-allemand de la cinéaste allemande Margarethe von Trotta intitulé « Hannah Arendt ». D`une durée de 113 min, la distribution est la suivante : Barbara Sukova (Hannah Arendt), Axel Milberg (Heinrich Blücher), Janet McTeer (Mary McCarthy), Klaus Pohl (Martin Heidegger) et d`autres.

Le film est présentement à l`affiche dans les endroits suivants : Trois-Rivières (Cinéma Le Tapis rouge), Sherbrooke (La Maison du cinéma), Québec (Cinéma Cartier), Montréal (Cinéma Excentris, Cinéma du parc) ainsi qu`au Forum 22 du Complex Odéon Cinémas.

Tout d`abord actrice de théâtre, Margarethe von Trotta débute à l`écran en 1968 et collabore à des scénarios à partir de 1970. On la voit notamment dans trois des premiers films du réalisateur allemand Rainer Werner Fassbinder (1945-1982), en 1969-70, et dans des films de Klaus Lemke, Gustav Ehmck, Herbert Achternbusch, Reihard Hauff et Volker Schlöndorff. Épouse de ce dernier, elle est l`actrice principale de deux de ses films, Feu de paille (1972) et Le coup de grâce (1976) dont elle est coscénariste. Auteur d`une adaptation théâtrale du livre du romancier allemand Heinrich Böll (1917-1985), elle est coscénariste et coréalisatrice avec Schlöndorff de l`Honneur perdu de Katharina Blum (1975). En 1985, elle tourne Rosa Luxembourg (Die Geduld der Rosa Luxemburg), biographie de la socialiste révolutionnaire allemande d`origine juive polonaise. Le film sort en salle en 1986.

Synopsis

1961. La philosophe juive allemande Hannah Arendt est envoyée à Jérusalem par le New Yorker pour couvrir le procès d’Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de Juifs. Les articles qu’elle publie et sa théorie de « La banalité du mal » déclenchent une controverse sans précédent. Son obstination et l’exigence de sa pensée se heurtent à l’incompréhension de ses proches et provoquent son isolement.

Biographie

Hannah Arendt naît le 14 octobre 1906 à Linden, près de Hanovre, dans une famille juive allemande laïque et progressiste. Elle est la fille de Paul Arendt et de Martha Cohn-Arendt. Elle appartient à la branche réformée du judaïsme allemand de Königsberg. En octobre 1913, son père meurt. En 1920, sa mère épouse en secondes noces Martin Beerwald. En 1921, elle organise un cercle d`étude avec ses amis. Elle découvre alors le théologien et philosophe danois Sören Kierkegaard (1813-1855); elle lit aussi les ouvrages du philosophe allemand Emmanuel Kant (1724-1804). En 1924, elle passe l`Abitur (l`équivalent du baccalauréat en Allemagne) avec un an d`avance et en candidate libre car elle fut renvoyée de l`école pour indiscipline. De 1924 à 1928, elle étudie la philosophie et la théologie à l`Université de Marburg, auprès du théologien protestant allemand Rudolf Bultmann (1884-1976). C`est à cette même institution qu`elle côtoie, en 1924, un autre étudiant juif, Hans Jonas (1903-1993), philosophe allemand connu pour son œuvre principale Le Principe de responsabilité (1979). À Fribourg, elle suit les cours du philosophe allemand Edmund Husserl (1859-1938). Elle est aussi l`élève des philosophes allemands Martin Heidegger (1889-1976) et Karl Jaspers (1883-1969), à Heidelberg. En 1929, sa thèse de doctorat, que dirige Jaspers, est publiée chez Springer, à Berlin, sous le titre Le Concept d`amour chez saint Augustin. La même année, elle épouse Günther Stern et s`installe avec lui à Francfort où elle suit les séminaires du sociologue allemand Karl Mannheim (1893-1947) et de l`écrivain et théologien protestant allemand Paul Tillich (1886-1965). De retour à Paris, son mari Günther Stern se lance dans le journalisme sous le nom de G. Anders.

La suite >