SOMMAIRE

 

 

Présentation

Repères biographiques

Depuis son décès

Choix de citations

Bibliographie

 

__________________________________________________________________________________

 

 

Présentation

 

 

L`année 2019 marque le 50e anniversaire du décès du psychologue et philosophe allemand Karl Jaspers, le 26 février 1969 à Bâle (Suisse) à l`âge de 86 ans.

 

Avec Martin Heidegger (1889-1976) et Gabriel Marcel (1889-1973), il est l`un des principaux représentants de l`existentialisme dont il souligne le caractère tragique. En cela, il considère que l`homme est déchiré entre ce qui l`attache à la terre et ce qui l`appelle vers Dieu (la transcendance). Il s`attache  à ce qu`il appelle les situations-limites, comme celles de la folie, de l`échec, etc., où l`homme prend conscience de son être.

 

Sa formation médicale le conduit à s`interroger sur la psychologie et la psychiatrie (Psychopathologie générale, 1912), tout en menant parallèlement une réflexion sur les fondements philosophiques des grandes conceptions du monde. À cet égard, il emprunte aux philosophes allemands Edmund Husserl (1859-1938), fondateur de la phénoménologie et à Wilhelm Dilthey (1833-1911) quelques-uns de ses concepts majeurs.

 

D`abord spécialiste de psychopathologie, il s`oriente vers la métaphysique, développant certains thèmes existentiels du philosophe danois Sören Kierkegaard (1813-1855) pour affirmer l`originalité irréductible du sujet humain. Pour Jaspers, l`être est le fondement du sens. Mais ce dernier se dérobe, il est, dit-il, un chiffre à décrypter. Ce manque d`être conduit, par la déchirure et la souffrance, à la révélation de la transcendance.

 

Pour lui, l`être humain doit prendre conscience de son existence face au monde et aux autres, engageant sa liberté par rapport au monde et tentant de communiquer avec les autres. Ainsi, l`être humain, conscient de sa finitude, découvrira l`exigence d`une transcendance (l`Être, l`Englobant). De plus, il considère la réflexion philosophique non comme une activité théorique, mais comme une pratique d`un genre unique, impliquant sagesse et expérience. Dans les dernières années de sa vie, il intervient comme écrivain politique engagé.

 

 

Repères biographiques

 

 

Il naît le 23 février 1883 à Oldenburg (Basse-Saxe) dans une famille bourgeoise.

 

 

Les années 1900

 

 

En 1901-1902, durant deux semestres, il étudie d`abord le droit à Heidelberg et à Munich. De 1902 à 1909, il fait ses études de médecine à Berlin, Göttingen et Heidelberg où il se spécialise dans la psychiatrie. Le 14 juillet 1907, il fait la connaissance de sa future épouse, Gertrud Mayer (1879-1974), issue d`une famille juive très pieuse. En 1908, il est docteur en médecine. De 1908 à 1915, il est médecin « assistant volontaire » à la Clinique psychiatrique de Heidelberg. D`ailleurs, il est considéré comme le fondateur de la psychopathologie phénoménologique. En 1909, il fait la rencontre du sociologue allemand Max Weber (1864-1920), promoteur d`une sociologie « compréhensive », utilisant des « types idéaux ».

 

 

 

Les années 1910

 

 

En 1910, il épouse Gertrud Mayer, sœur de son ami d`études Ernst Mayer (1883-1952) et son aînée de quatre ans.

 

En 1913, il soutient une thèse sur la « Psychopathologie générale » avec laquelle il obtient l`habilitation au professorat de psychologie. Cette thèse lui permet de devenir maître de conférences à la faculté des lettres, à Heidelberg. Dès 1913, il s`oriente vers la psychologie, puis vers la philosophie qu`il enseigne à l`Université de Heidelberg en 1921.

 

En 1913, il publie Allgemeine Psychopathologie (Psychopathologie générale) où il présente la psychopathologie comme une partie de la psychologie. Il rappelle la distinction établie par le philosophe allemand Wilhelm Dilthey (1833-1911) entre expliquer et comprendre : on explique des phénomènes physiques, on comprend des phénomènes psychiques. En 1928, l`ouvrage paraît dans une traduction d`après la 3e édition allemande de Alfred Kastler (1902-1984) et J. Mendousse chez Alcan dans la collection « Bibliothèque de philosophie contemporaine »; une nouvelle traduction paraît en 1933. En 1946, lors de sa quatrième édition, l’ouvrage a doublé de volume par rapport à sa première édition. De 1913 à 1973, Allgemeine Psychopathologie a connu pas moins de neuf éditions. Mentionnons que ce livre a inspiré toute la psychiatrie allemande contemporaine et développé les notions fondamentales de conscience méthodologique, de compréhension opposée à l`explication (causale), de processus psychique opposé au développement de personnalité.

 

De 1916 à 1921, il enseigne, avec le titre de professeur extraordinaire, la psychologie. En 1919, il publie Psychologie der Weltanschauungen (Psychologie des conceptions du monde) où il favorise l`apport de la psychologie dans le courant existentialiste. Cet ouvrage marque son passage à des intérêts de nature philosophique. La suite >