En ce mois de septembre 2019, les Éditions Liber font paraître la traduction française d’un livre de la féministe Laura Kipnis, intitulé Le sexe polémique. Quand la paranoïa s’empare des campus américains.

______________________________________________________________________________

Voici le communiqué des Éditions Liber :

«Les dénonciations d’inconduites sexuelles, qui se multiplient dans les universités, ont à juste titre de quoi nous inquiéter, qu’il s’agisse d’allégations de viol, d’agressions sexuelles ou de faveurs obtenues par la contrainte. Mais sont aussi condamnées les fréquentations entre professeurs et étudiants adultes, de même que les « avances non désirées ».

.

«Or, ces dénonciations sont pour plusieurs administrées à même les universités plutôt que par un système de justice reconnu. Elles mènent souvent à des accusations, à des procès, à des ententes chèrement payées auxquelles contribuent, pour acheter la paix et ne pas compromettre leur réputation, les universités elles-mêmes.

.

«Ceux qui se risquent à sortir du silence pour critiquer cette situation, comme cela a été le cas de Laura Kipnis, font à leur tour l’objet de mises en garde, de plaintes, de poursuites, voire de congédiements. Études interrompues, carrières brisées, méfiance généralisée, luttes sans quartier, tel est le régime actuel des établissements américains du haut savoir.

.

«Comment en est-on arrivé là? Comment en sortir? Laura Kipnis médite ces questions dans ce portrait au vitriol du monde universitaire où, dit-elle, faute d’avoir compris les avancées du féminisme, étudiants, professeurs et administrations s’embourbent dans l’habituelle conception victimaire des femmes et dans la conviction de l’inébranlable pouvoir des hommes.

.

Laura Kipnis enseigne le cinéma à l’université Northwestern, aux États-Unis. Elle apporte régulièrement sa contribution à plusieurs médias de renom: SlateHarper’sThe Guardian. Elle a publié de nombreux livres, dont Contre l’amour. La déroute des sentiments

(Source : communiqué des Éditions Liber)

(Voir aussi le communiqué .pdf)

La suite >