Histoire Antique, no. 33 (septembre-octobre 2007), 83p. [10.00$]

Le Dossier a pour thème : « Socrate et Platon. La place de la philosophie dans la cité »; il comprend trois articles. Le premier « Socrate, la démocratie, la rhétorique et la philosophie » est signé par Philippe Jovi, professeur de philosophie. D`emblée, l`auteur mentionne que l`apparition de la philosophie répond à deux conditions : il faut d`abord qu`existe, à l`état latent, un besoin de philosophie comme d`un luxe nécessaire; puis, que des hommes incarnent cette liberté de penser. Ainsi, à la fin du Ve siècle et au début du IVe siècle av. J.-C., ces deux conditions sont réunies dans la personne de Socrate au moment où il exerce les fonctions de prytane. Jovi évoque par la suite les aspects paradigmatiques de l`invention de la philosophie. Donnant l`exemple du Gorgias, il rappelle l`inconsistance de la rhétorique : « le premier critère discriminant entre la philosophie et la rhétorique va être l`incapacité pour cette dernière de rien définir, à commencer par l`incapacité à se définir » (p.21). S`intéressant au danger de la rhétorique, l`auteur signale que « la philosophie entend éduquer la volonté là où la rhétorique se contente d`être esclave des désirs, la philosophie se soucie de l`âme là où la rhétorique ne prend soin que des corps » (p.22).

La suite >