[NDLR : l’article qui suit a d’abord été publié dans la revue « Philosopher. La revue de l’enseignement de la philosophie au Québec », Numéro 26, Printemps 2013 (pages 26 à 29).  Nous le reproduisons ici avec les autorisations nécessaires.]

————————————————————————————————————–
RoboCop est-il humain?

Par Guy Béliveau, Jan Michel et Martin Hould

Professeurs au Cégep de Trois-Rivières

 

 

C’est dans le cadre de la 2e édition de la « Semaine de la philosophie » au Cégep de Trois-Rivières que nous avons eu le grand plaisir d’accueillir les étudiants, les étudiantes et le grand public à une soirée « Ciné-philo ». Cela se passait au Théâtre et nous avions par conséquent un écran géant, un technicien du son et des microphones à notre disposition. Quel film avons-nous pris l’initiative de présenter? RoboCop! et ce n’est pas une blague…

 

Rappelons que ce long-métrage a été réalisé par Paul Verhoeven en 1987. Il a donné naissance à deux suites et à une série télé. Un  remake  est d’ailleurs prévu pour 2014. Il faut avouer que nous avons rendu plusieurs de nos collègues perplexes avec ce choix et, même chez les jeunes adultes, plusieurs se demandaient en quoi un film pareil pouvait être lié à la philosophie. Comme on le dit souvent dans nos classes, la philosophie est « partout autour de nous ». C’est avec cette idée en tête que nous avons choisi une œuvre du cinéma populaire, afin de montrer que la réflexion philosophique n’était pas exclusive au cinéma d’auteur et aux œuvres dites « sérieuses ».

 

Bien sûr, RoboCop est avant tout un film d’action. C’est aussi une œuvre de science-fiction. Pour certains, il est difficile d’imaginer qu’une réflexion philosophique puisse tirer son origine d’un film où le protagoniste est un robot justicier. Pourtant, dans son genre, le film de Verhoeven est remarquable. Bien que beaucoup connaissent ce policier de métal, peu savent que le film a été présenté dans plusieurs festivals sur la scène internationale et qu’il a récolté plusieurs prix dans différentes catégories : meilleur réalisateur, meilleur film de science-fiction, meilleurs effets spéciaux et choix du public. À cela s’ajoute un Oscar pour les meilleurs effets sonores et une nomination à ces mêmes Oscars pour le meilleur montage. Au-delà des prix remportés, si plus de 25 ans après sa sortie RoboCop figure toujours dans la plupart des palmarès des meilleurs films de science-fiction, alors c’est parce que derrière les pétarades se trouve une œuvre qui frappe l’imaginaire et donne matière à une réflexion.

La suite >