C’est du vendredi 22 novembre au dimanche 24 novembre 2013 que se dérouleront les rencontres pour travailler à L’état des lieux de la philosophie au Québec.  Peu importe le contexte, c’est en soi bénéfique de pouvoir réfléchir sur les aspects institutionnels, «matériels», structurels et pratiques liés à notre discipline, autant au cégep qu’à l’université et au sein de l’espace public.  Cela dit, pour les professeurs de philosophie dans les cégeps, cela peut avoir encore plus d’intérêt dans le contexte où, la dernière réforme de l’enseignement collégial datant de 1993-94 (la Réforme Robillard), certains signes laissent présager que dans un avenir rapproché les gens au Ministère pourraient travailler à une actualisation de l’ensemble de la formation générale obligatoire / complémentaire / optionnelle au collégial.  D’abord mieux voir nos forces, nos manques à perfectionner, nos réseaux, l’éventail de nos rôles sociaux, nos avantages et nos contraintes institutionnelles, etc., peut ensuite aider à mieux concevoir le devenir de la philosophie en sol québécois.

 

–> Pour en savoir plus sur l’État des lieux de la philosophie au Québec, on peut consulter le site de l’événement.

–> Pour se préparer à cet État des lieux, on peut notamment consulter l’article en vue de celui-ci.

 

Voici l’horaire détaillé des journées de réflexion sur l’État des lieux de la philosophie au Québec : 

 


Vendredi 22 novembre 2013 (au DS-R510 de l’UQAM)

 

17h00      Accueil et présentation du projet

                 Christian Nadeau

 

17h30     La spécificité de la philosophie au Québec : un parcours historique et institutionnel.

                Jean-Claude Simard

 

19h00     Discussions à l’Amère à boire (2049, rue Saint-Denis, Montréal)

 

Samedi 23 novembre 2013 (au AM-050 de l’UQAM)

 

09h00     L’histoire de l’enseignement de la philosophie au collégial et les archives de la philosophie québécoise

                Jean-Claude Simard, André Baril, Christian Boissinot, Pierre Després et Jean-Guy Lacroix

Table ronde particulière, puisqu’elle gravitera autour de deux importants projets de recherche menés présentement par les panélistes.

Une période d’embauches massives a récemment eu lieu, suite à la retraite de nombreux professeurs de philosophie au collégial. Il importe donc de transmettre l’héritage des combats menés par les enseignants pour la défense de la discipline, depuis ses débuts jusqu’à l’adoption des nouveaux devis. C’est l’objet d’un ouvrage sur l’Histoire de l’enseignement de la philosophie au collégial, qui paraîtra au courant de l’année 2014. Il retracera les débats qui ont marqué cet enseignement, les nombreux rapports gouvernementaux qui l’ont jalonné, les manuels et les différentes approches utilisées, ainsi que les révisions successives des devis ministériels.

Il n’existe pas, actuellement, de site Internet dédié à l’histoire de la philosophie québécoise dans son ensemble. Le second projet vise à combler cette lacune en mettant sur pied un site de référence sur la philosophie québécoise, son histoire et ses multiples manifestations. Il s’agit de permettre l’accès public aux trésors méconnus de notre patrimoine philosophique, de rendre disponible, pour les chercheurs, le matériel nécessaire à la mise en marche ou à la poursuite de leurs travaux et, enfin, d’offrir aux enseignants et aux étudiants, qu’ils soient du niveau collégial ou universitaire, un outil pédagogique de premier ordre.

 

10h30     La place des femmes en philosophie au Québec

                Marianne Di Croce, Mélissa Thériault, Dominique Leydet et Ryoa Chung

Cette table ronde visera à permettre une prise de conscience collective de la complexité et de l’étendue des enjeux liés à la place occupée par les femmes en philosophie au Québec. Il sera évidemment impossible de faire un panorama complet de la question, mais la période de discussion permettra d’attirer l’attention sur certains problèmes qui n’auront pu être abordés durant la table ronde.

 

12h30     Pause

 

13h30     Le rôle de la philosophie et de son enseignement dans une société comme la nôtre : première partie

                 Daniel Weinstock, Michel Seymour, Guy Rocher, Normand Baillargeon

Cette table ronde traitera du rôle joué par les philosophes dans nos pratiques institutionnelles (comité, commission, etc.). Elle visera à cerner l’apport précis d’un philosophe dans de telles pratiques en le distinguant par exemple de l’apport d’un sociologue ou de tout autre type de chercheurs. Elle voudra aller au-delà de la catégorisation maladroite qui range tous ceux qui participent à ces pratiques sous une même catégorie, celle des « experts ».

 

15h00     Le rôle de la philosophie et de son enseignement dans une société comme la nôtre : deuxième partie

                 Benoît CastelnéracLouis-André Dorion, Patrice Létourneau, Marc Djaballah, Victor Thibodeau, Daniel D. Jacques, Thierry Layani

Les discussions entre les coordonnateurs, coordonnatrices, directeurs et directrices des départements de philosophie au Québec traiteront du contenu des programmes de philosophie, du caractère obligatoire de la formation en philosophie au collégial et de la présence de la philosophie dans les parcours universitaires des autres disciplines.

 

16h30     Pause

 

17h00     Points de comparaison.  La philosophie et ses institutions ailleurs dans le monde

                Marc Antoine Dilhac, Véronica Ponce, Mathieu Marion

Cette table ronde visera à comparer l’institution de la philosophie au Québec aux institutions française, anglaise et américaine afin d’identifier les spécificités de l’institution québécoise. La présentation sera restreinte à l’identification des différences afin que nous puissions évaluer dans un deuxième temps les forces et les faiblesses de la philosophie telle qu’elle s’est instituée au Québec.

 

Dimanche 24 novembre 2013 (au AM-050 de l’UQAM)

 

9h00     La philosophie et la question de l’offre d’emploi

               Benoit Dubreuil, Dany Lavigne, Vincent Fortier, Blandine Parchemal

 Comme pour la précédente, cette table ronde ne visera pas à formuler des recommandations. Ses objectifs seront de lancer des pistes de discussions sur la base de données récentes concernant l’offre d’emploi et d’identifier certains problèmes concrets et spécifiques à la philosophie auxquels les responsables de départements sont confrontés. Nous aimerions que cette présentation permette de cerner les problèmes liés aux difficultés d’embauche, à l’intégration et à l’encadrement du professeur de philosophie une fois qu’il ou elle a été engagé.

 

10h30     La philosophie dans son rapport professionnel aux autres disciplines

                Frédéric Bouchard, Luc Faucher, Karine Fradet, Pierre Poirier, Patrick Deschênes

Cette table ronde sera entièrement consacrée à dresser un portrait des différentes formes de collaboration qu’entretiennent les philosophes avec leurs collègues des autres disciplines. On voudra par exemple identifier les raisons qui motivent des chercheurs en biologie à inviter un philosophe lors d’un colloque qu’ils auraient organisé. Autre exemple, qu’est-ce qui pousse des professeurs de criminologie à réserver une séance de cours entière afin d’inviter un collègue philosophe à venir s’adresser à ses étudiants ?

 

12h00     Pause

 

13h00     Les lieux de diffusion de la philosophie (revues savantes, édition, magazines, médias, etc.)

                Christian Nadeau, Giovanni Calabrese, Jean Bernier, Antoine Del Busso, Louis Samson

 Comme son nom l’indique, cette dernière table ronde portera sur la diffusion de la philosophie. Elle essaiera de distinguer adéquatement la diffusion savante de la diffusion large tout en questionnant la pertinence d’une telle distinction. Elle voudra aussi identifier les problèmes principaux auxquels sont confrontés les diffuseurs.

 

14h30     Remarques de fermeture

                Christian Nadeau