« Voilà trente ans qu’on lit Hannah Arendt en France. Son œuvre s’est imposée comme une référence essentielle pour appréhender les enjeux de notre monde. De la critique des totalitarismes nazi et communiste à une conception nécessairement conservatrice de l’éducation, la pensée de cette intellectuelle juive demeure hantée par l’avènement de « l’homme de masse », individu atomisé, sans repères ni racines, qui s’offre au joug des régimes autoritaires.  »

Lire la suite de cet article sur le site du Magazine littéraire.