Dans ce qu’il faudrait peut-être nommer « la querelle du dessein intelligent », bien de beaux esprits vont jusqu’à l’outrance et se satisfont de simplifications vraiment trop sommaires. Ce que les Anglo-Saxons appellent « the argument from design » possède une longue et vénérable tradition qui ne sera rejetée du revers de la main que par les partisans du scientisme, c’est-à-dire du dogme selon lequel le rationnel est tout entier justiciable de la méthode scientifique. Pour se hisser à un niveau de discussion beaucoup plus élevé que ce qu’offrent en général les journaux, il faut lire l’article que vient de faire paraître dans la revue « First Things », le cardinal-archevêque de Vienne, Christoph Schönborn. Sa pensée est nuancée et tout à la fois incisive : selon lui, le réductionisme positiviste et matérialiste ne comprend pas dans toute sa vérité la nature, ce monde de « l’expérience commune » que traduit la philosophie, cette science première parce qu’elle est science des premiers principes.

Pour lire l’article du cardinal Schönborn sur le dessein intelligent, cliquez ici

Pour voir son site Web, cliquez ici