Christoph Schoenborn
Guy Béliveau

Guy Béliveau a enseigné la philosophie au Cégep de Trois-Rivières de 1976 à 2013. Il a fait son mémoire de maîtrise en logique modale à l’Université McGill (1975) et sa thèse de doctorat sur la phénoménologie de Jean-Paul Sartre à l’Université de Montréal (1987). En 1996, aux éditions Bellarmin, il a fait paraître un ouvrage en morale intitulé L’éducation des désirs. Essai sur la défaillance de la volonté. Depuis un certain nombre d’années, il s’intéresse surtout aux langues anciennes et à la métaphysique, en particulier à celle d’Aristote. Libéré de la nécessité, la poésie, l’opéra, le dessin et la lecture des classiques occupent une place de choix dans ses loisirs studieux.

Dans ce qu’il faudrait peut-être nommer « la querelle du dessein intelligent », bien de beaux esprits vont jusqu’à l’outrance et se satisfont de simplifications vraiment trop sommaires. Ce que les Anglo-Saxons appellent « the argument from design » possède une longue et vénérable tradition qui ne sera rejetée du revers de la main que par les partisans du scientisme, c’est-à-dire du dogme selon lequel le rationnel est tout entier justiciable de la méthode scientifique. Pour se hisser à un niveau de discussion beaucoup plus élevé que ce qu’offrent en général les journaux, il faut lire l’article que vient de faire paraître dans la revue « First Things », le cardinal-archevêque de Vienne, Christoph Schönborn. Sa pensée est nuancée et tout à la fois incisive : selon lui, le réductionisme positiviste et matérialiste ne comprend pas dans toute sa vérité la nature, ce monde de « l’expérience commune » que traduit la philosophie, cette science première parce qu’elle est science des premiers principes.

Pour lire l’article du cardinal Schönborn sur le dessein intelligent, cliquez ici

Pour voir son site Web, cliquez ici