Conférence de Monsieur Michel Delon (Paris IV / Sorbonne).
Titre: Sciences de la nature et connaissance de soi au siècle des Lumières.
Le 8 mai 2008 à 19h00
Église St-James

Quel rapport la vie quotidienne peut-elle entretenir avec les sciences de la nature ? Doit-on concevoir les sciences comme une théorie pure ou comme un savoir engagé ? Longtemps, la séparation a semblé consommée entre savoir abstrait et connaissance de soi, jusqu’à l’aube de cet âge des Lumières qui parie sur une réconciliation possible. Le XVIIIe siècle se définit même par un tel espoir, par l’optimisme d’un savoir qui n’empêche pas de vivre, mais qui au contraire ouvre les possibles de l’existence. Le parcours que propose Michel Delon montre en quoi les sciences de la nature permettent sans cesse aux fictions qu’inventent les Lumières de dire la singularité d’une expérience ou d’une émotion. Cette rencontre entre attitude intellectuelle et conduite sensuelle, anatomie du cœur et sciences de la nature est toujours à réinventer pour exorciser à la fois une raison appauvrie en simple technique et une spiritualité qui se prétendrait affranchie de toute raison.

Professeur à l’Université Paris-Sorbonne, Michel Delon a multiplié au fil des ans les contributions décisives pour notre connaissance du XVIIIe siècle. Ses travaux permettant d’appréhender les Lumières françaises dans leur plénitude, non seulement comme art de dire et de penser, mais encore comme manière de sentir et de vivre. Auteur de L’idée d’énergie au tournant des Lumières et du Savoir-vivre libertin, il est aussi l’éditeur du marquis de Sade dans la Bibliothèque de la Pléiade et le maître d’œuvre du Dictionnaire européen des Lumières.

Texte de Marc-André Bernier,
titulaire de la chaire de recherche du Canada en rhétorique
et professeur de littérature française à l'UQTR