Opinion et vérité
(exemple d’introduction)

(Sujet amené + référence historique) 
Au Ve  siècle avant Jésus-Christ, Socrate et les sophistes s’interrogeaient sur la valeur à accorder aux différentes opinions. Alors que Socrate s’efforçait de trouver des définitions véridiques et universelles concernant des vertus comme la justice; les sophistes soutenaient au contraire que la vérité est relative, estimant que toutes les opinions se valent. Environ 2500 ans plus tard, le débat est toujours présent, mais beaucoup plus sanglant. En effet, les attentats dirigés par Ben Laden et dont ont été victimes les États-Unis le 11 septembre 2001 indiquent qu’on ne s’entend toujours pas sur une vérité universelle. Cette situation m’amène à me poser la question suivante :

(Sujet posé) 
Des opinions divergentes sur un même sujet peuvent-elles être aussi vraies l’une que l’autre ?

(Démonstration du caractère philosophique de la question) :
a)    Le caractère fondamental de la question posée :

Si je réponds par l’affirmative, alors cela signifie qu’il sera toujours impossible de trouver une définition, une vérité universelle, ce qui implique qu’une entente entre tous les peuples, tous les êtres humains est irréalisable. La guerre sera donc inévitablement toujours présente sur la Terre.

b)    Le caractère controversé de la question posée :

Certains comme Socrate, affirment que des opinions différentes ne peuvent être toutes deux porteuses de vérité, car la vérité en tant que telle ne doit comporter aucune contradiction, or des opinions contraires sont basées sur un ensemble de contradictions. 2. L’antithèse et son argument : Alors que d’autres, comme les Sophistes, croient que des opinions divergentes peuvent être aussi vraies l’une que l’autre, car nos opinions proviennent de nos impressions, qui elles ont bien une réalité et en cela ne peuvent être fausses; or il peut y avoir autant d’impressions concernant une même chose que de personnes pour en juger.