Prévu au départ pour 2007, c`est le 20 juin 2009 que le nouveau musée de l`Acropole a été inauguré avec faste en présence de 400 invités. Il est situé devant le Parthénon, à 300 mètres au sud de l`Acropole, dans le centre d`Athènes. Sa réalisation a été confiée à l`architecte franco-suisse Bernard Tschumi qui compte plusieurs réalisations dont le parc de la Villette, dans le XIXe arrondissement de Paris. Commencée en septembre 2003, sa construction a coûté 130 millions d`Euros, utilisant 16,000 m2 de marbre et 4,390 m2 de plaques de verre. Sa superficie est de 25,000 m2 dont 14,000 m2 d`exposition. Il contient 4,000 objets, dont 300 au moins sont des chefs-d`œuvre. Le parcours va de 1000 ans avant J.-C. jusqu`à 700 après J.-C. Dirigé par Dimitrios Pandermalis, le musée rassemble des objets provenant des monuments et des fouilles sur l`Acropole comme des bas-reliefs, des statues et des céramiques.

Les collections sont organisées en cinq thèmes : les pentes de l`Acropole, l`Acropole archaïque, le Parthénon, les autres monuments de l`Acropole et les « autres collections ». À l`intérieur du musée, plus de 350 vestiges et sculptures de l`Acropole sont répartis sur trois niveaux. On peut y admirer des céramiques, bas-reliefs et sculptures antiques, provenant des lieux de culte situés sur les versants de l`Acropole. Dans la salle du Parthénon, située au troisième niveau, les frises, métopes et frontons du temple sont exposés à la lumière naturelle. La frise du Parthénon a été reconstituée grâce à l`intégration des vestiges conservés à Athènes et des copies des plaques, les « marbres d`Elgin », conservées au British Museum à Londres. Le musée de l`Acropole renferme notamment quatre cariatides de l`Erechtheion (une autre a disparu sous l`occupation ottomane [1456-1822] et une dernière se trouve au British Museum, à Londres) et la frise des Panathénées. Il contient aussi une stèle d`Athéna s`appuyant sur sa lance.

HISTORIQUE

Thomas Bruce, dit Lord Elgin, 7e comte d`Elgin (1766-1841) est un diplomate et un militaire britannique. Il fut ambassadeur à Constantinople, en Turquie de 1799 à 1802. À cette époque, il conçoit le projet de récupérer de grandes quantités d`objets d`art dans les ruines d`Athènes. En 1801, il obtient du sultan ottoman Selim III (1761-1808) l`autorisation d`enlever un grand nombre d`antiquités (les célèbres « marbres d`Elgin »), qui furent achetées en 1816 au coût de 35,000 Livres par le British Museum. Il constitue ainsi une incomparable collection comprenant la plus grande partie de la frise du Parthénon, soit 156 dalles. Ajoutons à cela, 12 statues des frontons, 15 métopes, la frise du temple d`Athéna Niké et une cariatide.

Le 30 décembre 1865, la première pierre de l`ancien musée est posée. Entre 1865 et 1874, un bâtiment de 800 m2 est construit par l`architecte Panages Kalkos. En 1946-1947, ledit bâtiment est démoli et reconstruit par tranches entre 1956 et 1961. Dans les années 1970, le musée peine à recevoir un nombre grandissant de visiteurs. En septembre 1976, le Premier ministre d`alors, Konstantinos Karamanlis (1907-1998) décide de la construction d`un nouveau bâtiment à l`emplacement actuel dans le quartier Makriyianni. Entre 1976 et 1979, un premier concours d`architecture est lancé, sans succès.

En 1989, la chanteuse, actrice et femme politique grecque Melina Mercouri (1925-1994) relance le projet, dans le cadre de sa campagne pour le retour des frises du Parthénon en Grèce. Son initiative débouche néanmoins sur un échec. Cette dernière est successivement députée Pasok du Pirée en 1978, Ministre de la culture de 1981 à 1989 puis de 1993 jusqu`à sa mort. Aujourd`hui, la Fondation Melina Mercouri s`occupe de la préservation des monuments grecs antiques.

Info. : www.theacropolismuseum.gr