Pierre Lemay

Pierre Lemay a enseigné la philosophie au Cégep de Trois-Rivières de 1977 à 2014, année de sa retraite. Il a été adjoint au coordonnateur du Département de Philosophie du Cégep de Trois-Rivières en 1980-81. Il est membre-fondateur de la Société de Philosophie du Québec (SPQ) en 1974. Il fut également archiviste-adjoint de la SPQ en 1981 et 1982 et membre du Comité de rédaction du Bulletin de la SPQ de 1981 à 1984. Il est aussi membre-fondateur de la Société de Philosophie des régions au coeur du Québec en 2017. De plus, il est membre de l`Institut d`histoire de l`Amérique française depuis 1993 et membre de la Corporation du Salon du livre de Trois-Rivières depuis 2015. Il collabore à PhiloTR depuis sa création en 2004.

Le 6 octobre 2019 de 13h30 à 16h30 avait lieu à la Librairie Poirier, à Shawinigan, le lancement du livre La distance et la mémoire : Essai d`interprétation de l`œuvre de Fernand Dumont (PUL, 2019, 426 p., 39.95$) du philosophe québécois Serge Cantin, professeur retraité et associé au Département de philosophie et des arts de l`UQTR et chercheur au Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIÉQ-UQTR). La préface est signée par Jacques Beauchemin, professeur de sociologie à l`UQAM depuis 1993.

L`auteur s`est penché sur l`œuvre du grand penseur québécois, le sociologue Fernand Dumont (1927-1997). Pour lui, « À une époque où la fatigue culturelle du Canada français atteint le ressort même de notre survivance, il me paraît plus urgent que jamais de réfléchir sur une œuvre qui a puisé sa valeur universelle dans l’humble milieu où Fernand Dumont a grandi et dont il a su tirer sa théorie de la culture comme distance et mémoire » (Extrait, p. XXXII).

 

 

Serge Cantin a également publié les ouvrages suivants :

Fernand Dumont. Un témoin de l’homme, entretiens colligés et présentés par Serge Cantin, Montréal, Éd. de l’Hexagone, 2000. 362 p.

Serge Cantin et Marjolaine Deschênes (dir.) Nos vérités sont-elles pertinentes ? L’œuvre de Fernand Dumont en perspective. Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2009. 382 p.