Le 30 janvier 2020 de 16h00 à 21h00 s`est tenu à l`UQTR, l`événement international La Nuit des idées, initié par le ministère des Affaires étrangères de France et l`Institut français. Le thème choisi pour la présente année était « Être vivant ». L`université trifluvienne y participait pour la première fois. Le rendez-vous s`est tenu à la Galerie R3 (Pavillon Benjamin-Sulte) de l`UQTR. L`animation fut confiée à la chroniqueuse littéraire et chargée de cours Patricia Powers. Celle-ci a présenté deux invités français : l`écrivain et historien de l`art Paul Ardenne et l`artiste performeuse Hortense Gauthier ainsi qu`Evaldo Becker, chargé de cours au Département de philosophie et des arts à l`UQTR et professeur de philosophie à l`Université Fédérale de Sergipe (UFS) au Brésil.

 

La rencontre se voulait une célébration de la circulation des idées entre les pays, les cultures, les disciplines et les générations. Depuis 2016, le public est invité à écouter ceux et celles qui font avancer les idées dans tous les domaines et à échanger sur les grands enjeux de notre temps.

 

Pour l`occasion, le Groupe universitaire de recherche en arts visuels de l`UQTR (URAV) avait mis en place une programmation multidisciplinaire locale. Une dizaine d`artistes, philosophes, historiens et critiques d`art ont offert réflexions, performances créatives et débats pour sensibiliser les visiteurs aux enjeux environnementaux actuels. Le directeur de l`URAV, Philippe Boissonnet mentionnait qu` « Avec cet événement, nous souhaitons exploiter plus particulièrement les croisements entre engagement éthique, responsabilité sociale et acte artistique à l`ère de l`éco anxiété. Il s’agit en quelque sorte d’une invitation à interroger l’actualité et à échanger sur ce qui nous touche tous au-delà des frontières physiques et disciplinaires ».

Signalons que La Nuit des idées existe depuis cinq ans en France et qu`elle s`est tenue jeudi dernier pour la troisième fois au Québec. Cette soirée spéciale était présentée en même temps sur les cinq continents. En 2020, on compte quelque 220 lieux de manifestation dans 90 pays de la Francophonie.