Pierre Lemay

Pierre Lemay a enseigné la philosophie au Cégep de Trois-Rivières de 1977 à 2014, année de sa retraite. Il a été adjoint au coordonnateur du Département de Philosophie du Cégep de Trois-Rivières en 1980-81. Il est membre-fondateur de la Société de Philosophie du Québec (SPQ) en 1974. Il fut également archiviste-adjoint de la SPQ en 1981 et 1982 et membre du Comité de rédaction du Bulletin de la SPQ de 1981 à 1984. Il est aussi membre-fondateur de la Société de Philosophie des régions au coeur du Québec en 2017. De plus, il est membre de l`Institut d`histoire de l`Amérique française depuis 1993 et membre de la Corporation du Salon du livre de Trois-Rivières depuis 2015. Il collabore à PhiloTR depuis sa création en 2004.

Le Monde / La Vie, Hors-Série, no. 6, coll. « Grands Philosophes », (23 janvier 2020), 106 p. (17.00$)

________________________________________________________________________

Ce hors-série s`intitule « Karl Marx, la révolution anticapitaliste ». Il s`agit d`une nouvelle édition. Le texte est de Juan Manuel Aragüés, professeur de philosophie à l`Université de Saragosse, en Aragon (Espagne). La traduction est de Jacques Trémière et la relecture et conseil scientifique de l`écrivain français Alain Le Ninèze.

Ce numéro comprend quatre chapitres. Le premier s`intitule « Le réel comme outil philosophique (p. 15-39), le second se nomme « La critique de la société capitaliste » (p. 41-62), le troisième a pour titre « La lutte des classes est le moteur de l`histoire » (p. 65-81), le dernier porte sur « La politique, un moyen de transformer le monde » (p. 83-99). Le texte est parsemé d`une iconographie abondante et d`utiles encadrés. On y retrouve une chronologie (p.10-13) un glossaire (p. 100-101) et une bibliographie (p. 102, 104, 106). À cela s`ajoute, divers schémas : sur le concept d`aliénation (p. 25), sur la comparaison entre les idées de Feuerbach et les positions de Marx (p. 37), sur les principes de la soumission du capitalisme (p. 55), sur l`origine de la dialectique (p. 70), sur les clés d`une révolution réussie (p. 88).

Dans l`avant-propos, Aragüés mentionne que « C`est un discours totalement neuf que celui de Marx. Tout d`abord, la vérité cesse d`être universelle puisque la vision du monde est toujours influencée par les caractéristiques propres au sujet, lequel se situe toujours dans telle ou telle classe sociale et, partant, produit des idéologies diverses selon sa position. En second lieu, les critères de jugement cessent d`être abstraits pour s`ancrer dans le concret. La preuve du bien-fondé d`un principe ne relève pas de la théorie, mais de la pratique – une position en rupture avec des siècles de primauté de la théorie. Embrasser cette conception novatrice signifie que l`objectif déclaré de la philosophie est bel et bien la transformation du monde. Philosophe et philosophie acquièrent de la sorte une indéniable dimension politique ». (p.7)

L`auteur termine en disant : « Les ennemis du marxisme, théoriques ou politiques, se sont empressés d`annoncer sa fin. Toutefois, la dimension politique que nous venons d`évoquer, associée au matérialisme en tant qu`outil d`analyse de la réalité sociale, redonne en temps de crise tout son sens à la vision de Marx. Son spectre n`a cessé de réapparaître chaque fois que les occasions le convoquent, et une conjoncture de crise est le meilleur creuset pour le bouillonnement de cette pensée ».
(p. 9).

____________________________________________________________________________