C`est du 22 février 2011 au 27 novembre 2011 qu`a lieu l`exposition « Liberté, des écrivains dans la Cité (1959-2009) » à la Grande Bibliothèque, à Montréal. L`événement se tient à la Promenade de l`Avenue Savoie, niveau 2. En 50 citations tirées des textes de certaines des plus grandes plumes de la revue Liberté, cette exposition offre un aperçu de ce que fut, de 1959 à nos jours, l`aventure intellectuelle du Québec. Cinquante ans plus tard, Liberté est plus que jamais un lieu de parole destiné aux assoiffés de sens, aux amoureux des lettres et aux vindicatifs de la place publique.

La revue Liberté est fondée en janvier 1959 à Montréal par un groupe d`écrivains et d`intellectuels québécois dont l`avocat et homme de lettre Jean-Guy Pilon qui la dirige de 1959 à 1979, le poète et critique André Belleau (1930-1986), le poète et essayiste Fernand Ouellette, le romancier et cinéaste Jaques Godbout et le journaliste et romancier Jean Filiatrault (1919-1982). Dix ans après la publication, à Montréal, du manifeste du Refus global (1948), ceux-ci réclament une liberté surtout culturelle. Ils considèrent que la collectivité québécoise doit s`exprimer dans sa langue avec fierté. Cette revue littéraire est indépendante de tout parti politique et de toute religion. En 1959 et 1960, ce sont les Éditions de l`Hexagone qui publient la revue Liberté. Toutefois, la direction, le comité de rédaction, l`administration et l`adresse du périodique sont distincts de ceux de la maison l`Hexagone. Au départ, Liberté comprend dans son comité de rédaction des poètes qui ont déjà publié à l`Hexagone dans les années 1950 (Fernand Ouellette, Michel Van Schendel) ou qui y publieront dans les années 1960 (Jacques Godbout, Gilles Hénault, Paul-Marie Lapointe). À la fin de 1960, la maison l`Hexagone cesse d`être l`éditeur de la revue après la parution des douze premiers numéros.

La suite >