C`est du 8 au 12 avril 2015 qu`aura lieu le 17e Salon international du livre de Québec (SILQ), au Centre des congrès de Québec. L`événement est sous la présidence d`honneur du journaliste, animateur d`émissions culturelles à la télévision et écrivain français Bernard Pivot qui soulignera notamment les quarante ans d’Apostrophes. La dernière visite de Bernard Pivot à Québec remonte au 23 mai 1996, alors qu’il avait animé l’émission Bouillon de culture dans la salle du conseil de l’Hôtel de ville de Québec. Celui-ci sera entouré de six invités d`honneur : l`auteur jeunesse Claude Forand (mercredi), l`écrivaine haïtienne Yanick Lahens (jeudi), la romancière Chrystine Brouillet et la journaliste Marie-Ève Sévigny (vendredi), la journaliste et écrivaine Denise Bombardier (samedi) et l`écrivain Jacques Côté (dimanche). Cette année, le SILQ, c`est plus de 1200 auteurs, 675 maisons d`édition, 140 animations sur scène.

 

Pivot, Bernard

Bernard Pivot

 

Bernard Pivot naît le 5 mai 1935 à Lyon (Rhône-Alpes). Il est le fils des épiciers lyonnais Charles Pivot et Marie-Louise Dumas. À 10 ans, il est placé en pension religieuse au pensionnat Saint-Louis. Élève au lycée Ampère  puis étudiant en droit à Lyon, il s’inscrit ensuite à Paris au Centre de formation des journalistes (CFJ) en 1955, et en sort vice-major de sa promotion. Il y rencontre sa future épouse, Monique Dupuis, avec qui il aura deux filles, Agnès et Cécile. En 1959, il publie un roman L’Amour en vogue (Calmann-Lévy). Après un stage au journal régional Progrès à Lyon, il se forme au journalisme économique pendant un an. En 1958, il entre au Figaro littéraire.

 

En 1967, il  apparaît pour la première fois à la télévision le jour du Nouvel An 1967, pour parler du chanteur français Johnny Hallyday et de la chanteuse française d`origine bulgare Sylvie Vartan. En 1968, il est invité par le journaliste littéraire Jean Prasteau (1921-1997) dans l’émission À la vitrine du libraire pour parler de la critique littéraire. De 1970 à 1973, il tient une chronique quotidienne mi-sérieuse, mi-comique sur Europe I. En 1971, l’hebdomadaire disparaît et il devient chef de service au Figaro. À partir d’avril 1973, il produit et anime l’émission littéraire Ouvrez les guillemets, diffusée sur la première chaîne de l`ORTF. En 1974, il quitte le journal lorsque Jean d`Ormesson en devient directeur général. Le journaliste et patron de presse Jean-Louis Servan-Schreiber lui propose alors un projet de magazine qui débouche, un an plus tard, sur la création du magazine Lire. Entre 1974 et 1977, il tient une chronique dans l’hebdomadaire Le Point.

 

La suite >