Le 11 septembre 2013 est décédé à son domicile parisien (VIe arrondissement) d`une forme de leucémie à l`âge de 87 ans, le généticien français Albert Jacquard. Ce polytechnicien était connu pour ses travaux sur la génétique mais aussi pour son engagement citoyen. Il est l`auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation scientifique.

 

Spécialiste de la génétique des populations, il menait de pair la recherche fondamentale et la diffusion des savoirs pour renforcer la conscience critique de ses concitoyens. Par son charisme, il avait su susciter l`intérêt et l`engagement de nombreux jeunes qu`il tenait à sensibiliser à l`avenir de la planète et surtout de ses habitants.

 

Il militait pour la préservation de l`environnement et dénonçait le gaspillage et la pollution liés au capitalisme. Il prenait aussi fait et cause pour le droit de mourir dans la dignité, les droits des immigrants, l`abolition du nucléaire et le logiciel libre. Défenseur des mal-logés et des démunis, il a aussi été président d`honneur de l`association Droit au logement (DAL) en France. Au niveau international, il était un des parrains du Tribunal Russell sur la Palestine. Il a aussi donné plusieurs conférences dans le monde francophone, notamment au Québec. Écrivain, philosophe, militant de gauche, il était un homme engagé dans tous les sens du terme.

 

 

Repères biographiques

 

 

Il naît le 23 décembre 1925 à Lyon. Issu d`une famille catholique et conservatrice originaire du Jura, à l`âge de 9 ans, il est défiguré dans un accident de voiture dans lequel il perd son plus jeune frère et ses grands-parents paternels. Il est le fils de François Jacquard, directeur à la Banque de France et de Marie-Louise Fourgeot.

 

En 1941, son père est nommé directeur de la succursale de la Banque de France à Gray (Haute-Saône), en zone occupée. Il quitte alors le lycée de Soissons en cours d`année pour le lycée Augustin-Cournot, de Gray. En 1943, il obtient deux baccalauréats en Mathématiques élémentaires puis en Philosophie. De 1943 à 1945, il est en classe préparatoire aux grandes écoles au lycée privé Sainte-Geneviève, situé à Versailles. En 1945, il entre à l`École polytechnique. En 1948, il en sort ingénieur des Manufactures de l`État. Puis, il intègre l`Institut de statistiques dont il est également diplômé, et devient ingénieur d`organisation et méthode.

 

La suite >