Le 15 janvier 2013 est décédé, à Paris, à l`âge de 89 ans le philosophe et psychanalyste français Jean-Bertrand Pontalis. Agrégé de philosophie, docteur en psychologie, ancien chargé de cours au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) puis à l`École pratique des hautes études, il était une immense figure intellectuelle française. Il fut également l`un des élèves du psychiatre et psychanalyste français Jacques Lacan (1901-1981) dont il publia une transcription des premiers séminaires dans le Bulletin de psychologie. Il sera aussi l`un des rares psychanalystes, avec Maud Mannoni (1923-1998), elle-même élève de Lacan, à signer le « Manifeste des 121 » titré « Déclaration sur le droit à l`insoumission dans la guerre d`Algérie, publié le 6 septembre 1960 dans le magazine Vérité-Liberté. Menacé en cela d`un blâme, il fut défendu par le philosophe français Maurice Merleau-Ponty (1908-1961), dont il était proche, qui allèguera qu`un fonctionnaire peut signer une pétition.

Il naît le 15 janvier 1924, à Paris. Il grandit dans le milieu de la bourgeoisie parisienne. Il est l`arrière petit-fils du publiciste et homme politique français Antonin Lefèvre-Pontalis (1830-1903) et le petit-neveu de l`industriel français Louis Renault (1877-1944). Toutefois, il n`aime guère qu`on lui rappelle sa généalogie, dont il fait néanmoins état dans ses récits autobiographiques. Il fait ses études secondaires au Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine où, en 1941, il est l`élève du philosophe français Jean-Paul Sartre (1905-1980) qu`il continue d`ailleurs de fréquenter au Café de Flore dans le quartier Saint-Germain-des-Prés. Ses études supérieures s`accomplissent au lycée Henri-IV et à la Sorbonne, à Paris. En 1945, il obtient un diplôme d`études supérieures en philosophie avec un travail sur le philosophe hollandais Baruch Spinoza (1632-1677), sous la direction du philosophe et historien de la philosophie Henri Gouhier (1898-1994).

La suite >