Le 15 janvier 2013 est décédé, à Paris, à l`âge de 89 ans le philosophe et psychanalyste français Jean-Bertrand Pontalis. Agrégé de philosophie, docteur en psychologie, ancien chargé de cours au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) puis à l`École pratique des hautes études, il était une immense figure intellectuelle française. Il fut également l`un des élèves du psychiatre et psychanalyste français Jacques Lacan (1901-1981) dont il publia une transcription des premiers séminaires dans le Bulletin de psychologie. Il sera aussi l`un des rares psychanalystes, avec Maud Mannoni (1923-1998), elle-même élève de Lacan, à signer le « Manifeste des 121 » titré « Déclaration sur le droit à l`insoumission dans la guerre d`Algérie, publié le 6 septembre 1960 dans le magazine Vérité-Liberté. Menacé en cela d`un blâme, il fut défendu par le philosophe français Maurice Merleau-Ponty (1908-1961), dont il était proche, qui allèguera qu`un fonctionnaire peut signer une pétition.

Il naît le 15 janvier 1924, à Paris. Il grandit dans le milieu de la bourgeoisie parisienne. Il est l`arrière petit-fils du publiciste et homme politique français Antonin Lefèvre-Pontalis (1830-1903) et le petit-neveu de l`industriel français Louis Renault (1877-1944). Toutefois, il n`aime guère qu`on lui rappelle sa généalogie, dont il fait néanmoins état dans ses récits autobiographiques. Il fait ses études secondaires au Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine où, en 1941, il est l`élève du philosophe français Jean-Paul Sartre (1905-1980) qu`il continue d`ailleurs de fréquenter au Café de Flore dans le quartier Saint-Germain-des-Prés. Ses études supérieures s`accomplissent au lycée Henri-IV et à la Sorbonne, à Paris. En 1945, il obtient un diplôme d`études supérieures en philosophie avec un travail sur le philosophe hollandais Baruch Spinoza (1632-1677), sous la direction du philosophe et historien de la philosophie Henri Gouhier (1898-1994).

De 1946 à 1948, il écrit régulièrement dans la revue Les temps modernes, de Jean-Paul Sartre. Plus tard, il devient membre du comité de direction de cette même publication. Il se sépare de ce dernier, lorsque Sartre soutient le groupe maoïste La Gauche prolétarienne. De 1948 à 1949, il enseigne la philosophie au lycée d`Alexandrie. De 1949 à 1951, il poursuit sa carrière professorale au lycée de Nice. De 1951 à 1952, il est enseignant au lycée d`Orléans. En 1953, élève à la Société psychanalytique de Paris (SPP), il entreprend une analyse didactique avec Jacques Lacan. Durant les grandes scissions de la SPP, il se joint à la Société française de psychanalyse (SFP) et entame des séances de contrôle avec le psychiatre et psychanalyste Daniel Lagache (1903-1972) puis avec le psychiatre et psychanalyste François Perrier (1922-1990). En 1960, sous la direction de Daniel Lagache, il entreprend, avec Jean Laplanche, la rédaction du Vocabulaire de psychanalyse. Puis, il s`affranchit peu à peu des théories et du milieu lacanien pour participer, en 1964, avec Jean Laplanche, Daniel Lagache, le psychiatre et psychanalyste français d`origine russe Wladimir Granoff (1924-2000), le psychiatre et psychanalyste français Didier Anzieu (1923-1999) à la fondation de l`Association psychanalytique de France (APF). La même année, il commence son enseignement à l`École pratique des hautes études.

En 1966, il débute sa carrière d`éditeur et crée, chez Gallimard, la collection « Connaissance de l`inconscient », ouverte aux différents courants de la psychanalyse freudienne. Sa carrière d`éditeur compte plus de 150 titres. Sous sa direction, de nombreux ouvrages sont publiés, parmi lesquels on retrouve deux collectifs : Bisexualité et différence des sexes (Gallimard, Folio essais, 2000) et Parler avec l`étranger (Gallimard, NRF, 2003). Il fut un pilier des Éditions Gallimard, où il se rendait tous les jours. Fin lettré et érudit, on dit qu`il était très proche de ses auteurs.

 

Voc. psychanalyse-Pontalis

 

En 1967, sous la direction de Daniel Lagache, il publie en collaboration avec le philosophe et psychanalyste français Jean Laplanche (1924-2012) Vocabulaire de psychanalyse (PUF), ouvrage de référence traduit dans le monde entier dans 22 langues, toujours disponible dans la collection « Quadrige ». En 1968, il est élu membre titulaire de l`Association psychanalytique de France. La même année, il publie son premier livre en solo Après Freud (Julliard). En 1970, il crée et dirige la Nouvelle Revue de psychanalyse, qui se caractérise par son approche thématique et interdisciplinaire et par son indépendance. Le dernier numéro de cette même revue paraît en 1994. En 1979, il entre au comité de lecture des Éditions Gallimard. En 1985, avec Jean Laplanche, il publie Fantasme originaire, fantasmes des origines, origines du fantasme (Hachette Littératures). En janvier 1989, il crée, chez Gallimard, la collection littéraire « L`un et l`autre » qui réunit des œuvres littéraires qui dévoilent « les vies des autres telles que la mémoire des uns les invente ». En 2002, il publie En marge des jours (Gallimard) qui réunit des extraits de ses carnets privés. En 2003, il publie La Traversée des ombres (Gallimard), qui lui mérite le Prix Valery Larbaud en 2004. En 2006, il remporte le prix Médicis essai pour Frère du précédent (Gallimard), où il parle de la relation difficile qu`il entretient avec son frère aîné. En 2011, il reçoit le Grand Prix de littérature de l`Académie française pour l`ensemble de son œuvre, composée d`une vingtaine d`essais et de romans et de plusieurs dizaines d`articles. En 2012, il publie Avant (Gallimard), essai dans lequel il s`interroge sur le temps et la nécessité de la nostalgie. La même année, il publie également Le Laboratoire central (Éd. de l`Olivier), une série de 9 entretiens et exposés réalisés entre 1970 et 2012, dont certains inédits, en réponse des questionnements sur les rapports de la psychanalyse et de la littérature. À l`automne 2012 toujours, il publie, avec le psychanalyste d`origine uruguayenne Edmundo Gomez Mango, Freud et les écrivains (Gallimard), où il montre ce que la psychanalyse et son fondateur Sigmund Freud (1856-1939) doivent à la littérature.

Écrivain prolifique, son œuvre contient quelques titres marquants dont Loin (Gallimard, 1980), son autobiographie L`Amour des commencements (Gallimard, 1986), L`Enfant des limbes (Gallimard, 1998), Un homme disparaît (Gallimard, 1996), Le Dormeur éveillé (Mercure de France, 2004). Ajoutons à cela d`autres livres comme Entre le rêve et la douleur (Gallimard, 1977), Perdre de vue (Gallimard, 1988), La Force d`attraction (Seuil, 1990), Fenêtres (Gallimard, 2000), Elles (Gallimard, 2007), Le Songe de Monomotapa (Gallimard, 2009), En marge des nuits (Gallimard, 2010), Un jour, le crime (Gallimard, 2011).