C`est mercredi, le 6 février 2013, à 19h30 à l`Église des Dominicains située au 2715, Côte- Sainte-Catherine à Montréal, qu`aura lieu la conférence du journaliste, écrivain et essayiste français Jean-Claude Guillebaud intitulée « Voulons-nous d`un monde désincarné ? Promesses et menaces de la cyberculture ». Il s`insurge contre la prochaine forme de totalitarisme : le monde nouveau que s`emploient à créer les « technoprophètes ». Dès 2050, selon eux, la planète sera dominée par des super humains nés de gènes améliorés (on le fait déjà avec les souris) et des robots dont l`intelligence dépassera les plus grands génies du passé. L`événement est organisé par le Centre culturel chrétien de Montréal.

Jean-Claude Guillebaud est né à Alger en 1944. Après des études de droit et de sciences criminelles, il se lance dans le journalisme en tant que grand reporter pour le quotidien régional français Sud-Ouest en 1965. Au journal français Le Monde, il s`est fait connaître pour ses reportages sur les points chauds de la planète. D`ailleurs, cela lui a valu, le 16 mai 1972, le Prix Albert-Londres, le plus prestigieux pour les reporters internationaux francophones. En 1986, il cofonde avec Catherine Guillebaud, la maison d`édition Arléa qui publie les grands classiques de l`Antiquité, des premiers romans, des récits de voyage, des essais. En 1989, on le retrouve à l`hebdomadaire français Nouvel Observateur. Il a aussi dirigé Reporters sans frontières (RSF), organisation non gouvernementale internationale reconnue d`utilité publique en France. À titre de président de RSF, il se lance dans une campagne d`autocritique des médias. Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

En 2005, il publie La Force de conviction : à quoi pouvons-nous croire ? (Seuil) où il s`interroge sur un possible équilibre entre les dogmes laïques et religieux. Au printemps 2007, il parraine l`agence de presse associative Reporters d`Espoirs. Depuis juin 2008, il est membre du conseil de surveillance du Groupe Bayard Presse. À partir de novembre 2010, il remplace Jacques Julliard en tant qu`éditorialiste au Nouvel Observateur. En 2012, il publie un bref essai Une autre vie est possible (Édition L`Iconoclaste) où il s`insurge contre la désespérance qui habite nos sociétés; mieux, il nous convainc que l`avenir a besoin de nous. De plus, il est chroniqueur de cinéma au Nouvel Observateur. Il tient également une chronique d`observation de la société et de la vie politique française dans l`hebdomadaire chrétien La Vie, intitulée « Le bloc-notes ». Il fut directeur littéraire aux Éditions du Seuil pendant plus de trente ans. Il y dirige aujourd`hui la collection « l`Histoire Immédiate » dont la mission est de comprendre l`actualité. À ce jour, il est directeur littéraire à la maison d`édition Les Arènes.

Parmi ses analyses et récits, on peut citer Les Confettis de l`Empire (Seuil, 1976), Un voyage en Océanie (Seuil, 1980), avec Raymond Depardon La Colline des Anges : Retour au Vietnam (Seuil, 1993). Comme essayiste, il décrit un monde contemporain dépassé par ses contradictions à travers des œuvres comme La Trahison des Lumières (Seuil, 1995), La Tyrannie du plaisir (Seuil, 1998), La Refondation du monde (Seuil, 1999) ou Le Commencement d`un monde (Seuil, 2008). Ajoutons à la liste de ses écrits les ouvrages suivants : Le Principe d`humanité (Seuil, 2001), L`Esprit du lieu (Arléa, 2002), Le Goût de l`avenir (Seuil, 2003), Comment je suis redevenu chrétien (Seuil, 2007), avec Jean Lacouture Sont-ils morts pour rien ? : Un demi-siècle d`assassinats politiques (Seuil, 2010), La vie vivante (Les Arènes, 2011), Le Deuxième Déluge (DDB, 2011).

En terminant, mentionnons que Jean-Claude Guillebaud a prononcé une conférence intitulée « Le commencement d`un monde », le 11 février 2009 à l`église Saint-James à Trois-Rivières dans le cadre de la sixième Philoconférence organisée conjointement par le département de philosophie du Cégep de Trois-Rivières et celui de l`Université du Québec à Trois-Rivières.

Le Centre culturel chrétien de Montréal (CCCM) est un organisme sans but lucratif créé en 2003 à l`initiative des Dominicains du Canada et des organismes regroupés. Le CCCM est devenu au fil des ans un lieu où confluent divers points de vue et analyses sur les grands défis contemporains issus de la rencontre entre la foi et la culture. Il se donne pour mission de comprendre et d`actualiser l`Évangile et l`héritage chrétien dans la société québécoise.