C`est l`écrivain et philosophe français Jérôme Ferrari qui, le 7 novembre dernier, a remporté le Prix Goncourt 2012 pour son roman Le Sermon sur la chute de Rome, publié aux Éditions Actes Sud en août dernier. Il a été désigné au deuxième tour par les neuf jurés du Prix Goncourt, dont le vote assure chaque année au livre du lauréat des ventes à quatre chiffres, jusqu`à 400 000. Par cinq voix contre quatre, il a devancé le grand favori Patrick Deville, en compétition avec son livre Peste & choléra (Seuil). Le Prix Goncourt, créé en 1896, est la plus prestigieuse distinction littéraire française. Rappelons que la philosophe et romancière française Simone de Beauvoir (1908-1986) remporte le même prix en 1954 pour son roman Les Mandarins paru la même année chez Gallimard.

Le titre de son sixième roman fait allusion au fameux sermon de saint Augustin (354-430), évêque d`Hippone, prononcé en 410 dans la cathédrale d`Hippone, devant des fidèles désemparés après le sac de Rome par Alaric 1er, Roi des Wisigoths. L`auteur y campe ses personnages dans un bar corse qui devient le lieu des désillusions et des échecs de deux jeunes amis (Matthieu et Libero) retournant vivre sur l`île de Beauté plutôt que de poursuivre leurs études en philosophie. Dans Le Sermon sur la chute de Rome, Ferrari reprend des personnages de Balco Atlantico. Selon Ferrari, son dernier roman est « une belle parabole sur la désespérance contemporaine, dont la morale est optimiste : la fin d`un monde n`est pas la fin du monde ».

La suite >