Le dossier porte sur Les Textes fondamentaux du libéralisme : Smith, Tocqueville, Hayek… Il vise à faire connaître les textes fondateurs de la pensée libérale, en en montrant la richesse autant que les limites. On y retrouve des textes comme La Richessse des nations d`Adam Smith ou De la démocratie en Amérique d`Alexis de Tocqueville, ou encore ceux d`auteurs n`ayant pas la réputation d`être libéraux tels Thomas Hobbes ou Edmund Burke. À cela s`ajoute des commentaires réalisés par des spécialistes qui ont pour tâche de présenter des thèses difficiles, sans parti pris. Cet Hors-série se divise en trois parties : les XVIIe et XVIIIe siècles, le XIXe siècle et le XXe siècle.

Confiée à Nicolas Baverez, avocat et essayiste, l`introduction s`intitule « Le libéralisme et l`esprit du XXIe siècle » (p.7-11). Le premier texte « Aux sources du libéralisme classique » (p.13-15) est signé par Jacques Marseille, historien et essayiste. Le deuxième texte « Le libéralisme à l`épreuve du pouvoir » (p.43-45) est celui de Lucien Jaume, directeur de recherche au CNRS. Le troisième texte « Le néolibéralisme en quête d`équilibre » (p.65-67) est dû à Alain Laurent, philosophe et essayiste. On peut également lire un entretien avec le sociologue Raymond Boudon qui analyse les raisons de l`antilibéralisme français (p.96-97). De plus, le dossier contient un appareil critique important : soit un lexique (97 noms et notions) ainsi qu`une bibliographie (34 titres). Comme toujours,  chacune des parties est divisée en trois phases : une introduction signée d`un auteur reconnu; les textes originaux eux-mêmes en page de droite, et leurs « Clés de lecture » ou commentaires en page de gauche; une chronologie de la période concernée, appelée « Repères ».

Extrait : sur le libéralisme

« Dès lors qu`il refuse le secours d`un principe transcendant ou providentiel, de la religion ou de la tradition, dès lors qu`il ancre la liberté dans la seule raison critique des hommes et l`engagement des citoyens, dès lors qu`il accepte d`être inscrit dans le mouvement de l`histoire au coeur de sociétés en perpétuelle mutation, il constitue une cible facile et prioritaire pour les idéologues, les démagogues, les extrémistes de tout poil et de tout bord » (Nicolas Baverez, p.10)