Heidegger demeure dans mon esprit un bel exemple de l’association douteuse de la philosophie et du lyrisme poétique…  Je pense même qu’il constitue pour plusieurs un paradigme dans le genre.  Platon avait pourtant sonné l’alarme…  Cultiver la méfiance à l’égard du trop beau discours, c’est l’abc de la philosophie, suzeraine des idées sans fard!

« La publication des lettres du philosophe Martin Heidegger à sa femme, Elfride – un septième du total sur un bon millier – mettra à rude épreuve ceux qui s’efforcent de distinguer entre l’oeuvre, l’une des plus influentes du XXe siècle, et la biographie de son auteur, dont l’engagement nazi porte une ombre persistante sur cette même influence. »

Lire la suite de l’article ici…

Heidegger intime et sans fard
LE MONDE DES LIVRES | 01.11.07

© Le Monde.fr