C. Nadeau, Annick et Gabrielle

Les Philoconférences vous convient à un nouveau rendez-vous, le lundi  1er novembre à 19 heure, à l’Église Saint-James située sur la rue des Ursulines, dans le quartier historique de Trois-Rivières.  Vous êtes invités à vous joindre à nous pour entendre et discuter avecChristian Nadeau, au sujet de son tout dernier livre traitant des aspects philosophiques de la «révolution conservatrice».

Professeur de philosophie à l’Université de Montréal, Christian Nadeau a notamment publié Guerres justes, guerres injustes.  Histoire, théories et critiques aux Presses Universitaires de France (PUF) en 2009, Le vocabulaire de saint Augustin aux éditions Ellipses en 2001, ainsi que Justice et démocratie aux Presses Universitaires de Mon en 2007 et Republicanism : History, Theory and Practice aux éditions Routledge en 2004.

Lors de sa conférence, il abordera les thèmes de son dernier essai : Contre Harper.  Bref traité philosophique de la révolution conservatrice, publié aux éditions Boréal en octobre 2010.  Voici la présentation qu’il nous a transmise :

«Si la pensée conservatrice est par définition sceptique quant aux réformes morales et politiques, leur préférant le poids des traditions, les conservateurs de Harper cherchent activement à modifier l’organisation politique et sociale du pays, en radicalisant des valeurs et des principes qui ont été toujours présents au Canada, mais qui n’ont jamais été revendiqués aussi clairement et avec une telle force politique. Bref, les conservateurs d’aujourd’hui sont en réalité des réformistes, voire des révolutionnaires. Stephen Harper n’est pas seulement le premier ministre du Canada, il est l’un des acteurs les plus influents d’un vaste mouvement visant à démanteler une à une les valeurs progressistes qui ont eu préséance au cours des quarante dernières années et à leur substituer les valeurs d’une nouvelle droite.

Dès lors, le meilleur moyen de lutter contre ce mouvement consiste en un exercice de type philosophique. Ce livre milite contre les conservateurs, mais à l’aide des mots, des arguments, des idées et des principes fondamentaux de la philosophie morale et politique. Il n’est pas requis d’être pamphlétaire pour dénoncer ce que font les conservateurs. On peut afficher sa colère sans renoncer aux exigences intellectuelles nécessaires au travail de la raison. Si l’obscurantisme est l’arme du démagogue, la clarté est celle du philosophe militant. On est plus indigné encore par les coups de force et les manœuvres des conservateurs lorsqu’on en comprend les causes et le fonctionnement.»

MISE À JOUR DU 25 OCTOBRE 2010 : Voir aussi l’article de Christian Nadeau dans les pages Idées du devoir, où il présente son ouvrage : «Le conservatisme à la Harper»

– SECONDE MISE À JOUR : Voir aussi «Combattre la «révolution conservatrice»», avec le commentaire de notre collègue et ami Martin Hould.

– Et, voir aussi «Harper le révolutionnaire».


___
Qui : Christian Nadeau
Quand : Le lundi 1er novembre 2010
Où : à l’Église St-James
Heure : 19 heure
Entrée : libre et gratuite