«L’expérience de la langue, qui est essentiellement une expérience des limites,
traverse aussi bien la littérature que la philosophie [p. 19 …]
Le plus étrange, c’est que cette langue que nous habitons et qui nous habite
au plus près de nous-mêmes reste, au bout du compte,
indéchiffrable, illisible parce que lisible [… p. 72]»
— Claude Lévesque
Cet automne 2010 est paru aux Éditions Nota bene Philosophie sans frontières de Claude Lévesque, dans la collection «Nouveaux Essais Spirale» (collection dans laquelle a notamment été publié 58 indices sur le corps de Jean-Luc Nancy, ainsi que Le crépuscule des intellectuels.  De la tyrannie de la clarté au délire d’interprétation d’Éric Méchoulan). 

Philosophie sans frontières est un bel ouvrage, de par sa facture autant que son contenu, qui s’efforce de montrer qu’il n’y a pas de travail profond de la pensée sans travail sur le langage – et qui, donc, tend à mettre en relief qu’il n’y a pas de grande philosophie sans faire advenir un style.

Voici la présentation de l’éditeur :

«La philosophie a ceci de particulier qu’elle n’a pas d’objet propre ni de domaine qui lui soient réservés ou attribués d’avance.  Son questionnement ne se laisse pas limiter à une seule région du savoir.  Tout l’intéresse, et rien ne lui est étranger ; aucune limite ne l’enferme.  Son objet est proprement démesuré, il ne souffre aucune restriction.  Seule répond alors à ses besoins une écriture nomade, aventureuse, intempestive, risquée, ouverte en droit sur le texte général et sans bordure.

En rassemblant des textes de sources, d’époques et de styles différents, mais où s’inscrit en filigrane une complicité profonde, toujours soutenue, avec les œuvres où se risque une pensée à la limite, l’auteur entend laisser le métissage et le nomadisme contaminer jusque dans sa facture même cet ouvrage voué à l’exploration sans contraintes du champ illimité de la philosophie, de la psychanalyse et de la littérature.  Loin d’amalgamer inconsidérément ces disciplines, Philosophie sans frontières cherche, au contraire, à en exploiter et à en accentuer le potentiel déconstructeur et la singularité même.

Professeur de philosophie, à la retraite depuis 2002, Claude Lévesque s’intéresse à la philosophie continentale contemporaine, à la psychanalyse et à la littérature.  Il a publié plusieurs essais, dont «L’étrangeté du texte» (VLB, 1976 et Christian Bourgeois, 1978), «L’oreille de l’autre» (en collaboration avec Christie V. McDonald, VLB, 1982), «Dissonance» (Hurtubise HMH, 1988), «Le proche et le lointain» (VLB, 1994) et «Par-delà le masculin et le féminin» (Aubier, 2002, Prix de l’essai de la revue Spirale).  Il est membre de l’Académie des lettres du Québec et de la Société royale du Canada.»


____

AUTEUR : Claude Lévesque
ÉDITEUR : Nota bene
COLLECTION : Nouveaux Essais Spirale
PAGES : 293
DATE DE PARUTION : octobre 2010
ISBN : 978-2895183532