Sommes-nous à l’orée d’une période faste pour la philosophie éthique et politique, pour nos rapports à nous-mêmes et aux autres ?  Et pour l’écho des voix/voies des professeurs de philosophie du collégial et de l’université, hors de toute «tour d’ivoire» ou de quelconques supposés «pelletages de nuages» ?  C’est du moins ce que soutient Jocelyn Maclure, dans un billet publié ce mercredi 10 octobre sur le site du magazine Nouveau Projet, que l’on peut lire là.