C`est du 26 au 29 mars 2015 qu`aura lieu le 27e Salon du livre de Trois-Rivières (SLTR), au Centre des Congrès de l`Hôtel Delta. Il a pour thème « Oser la parole ». Cette année, le SLTR est sous la présidence d`honneur du poète et essayiste québécois Jean-Paul Daoust.

 

Daoust, Jean-Paul

 Jean-Paul Daoust

 

Jean-Paul Daoust naît le 30 janvier 1946 à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie. Il fait ses études classiques au Collège de Valleyfield où il obtient, en 1967, un baccalauréat ès arts. En 1970, il acquiert une licence ès lettres à l`Université de Montréal. En 1974, il est titulaire d`une maîtrise en création pour un écrit intitulé « Sur-Texte ».  À l`Université de Montréal toujours,  il y prépare une thèse de doctorat sur le poète et dramaturge québécois Réjean Ducharme. À partir de 1974, il enseigne les lettres françaises au Cégep Édouard-Montpetit, à Montréal. En 1990, il est lauréat du prix du Gouverneur général du Canada pour Les cendres bleues, poèmes de 1825 vers sans ponctuation. De 1993 à 2003, il dirige la revue de poésie Estuaire, fondée à Québec en 1976. En 2009, il remporte le Grand prix Quebecor du Festival de la poésie de Trois-Rivières 2009 pour Le vitrail brisé (Éd. Les Écrits des Forges). En 2012, il est récipiendaire du prix Jaime Sabines / Gatien Lapointe pour Poemas de Babilonia / Poèmes de Babylone (Éd. Les Écrits des Forges). En 2013, il reçoit le prix international Saint-Denys Garneau pour le livre d’artiste Rituels d’Amérique, réalisé avec l’artiste Jocelyne Aird Bélanger, ainsi que le Prix Jean-Lafrenière du Festival international de la poésie de Trois-Rivières. À l`automne 2014, il publie Le Dandy (Éd. de la Grenouillière). En 2015, il publie Odes Radiophoniques III (Éd. Poètes de Brousse). À ce jour, il a publié plus d`une quarantaine d`ouvrages de poésie, deux romans et un recueil de récits.

 

Le Salon accueillera également quatre invités d`honneur : jeudi, l`écrivain Simon Boulerice, invité de la journée consacrée à la littérature jeunesse; vendredi, le journaliste et animateur de télévision Jean-Luc Mongrain; samedi, l`auteur et scénariste Dominique Demers; dimanche, l’un des porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) pendant la grève étudiante de 2012, Gabriel Nadeau-Dubois.

 

Cette année, le Salon honore la maison d`édition Alto, fondée à Québec en février 2005 par Antoine Tanguay, appuyé depuis 2011 de Katie Boulet et de Tania Massault. La maison se consacre à l’édition d’œuvres au format papier et au format numérique  mais ne s’objecte pas aux nouvelles façons de partager les mots. Elle accorde une place importante aux influences des littératures de l’imaginaire et accueille des textes dont le souffle et la portée frôlent les limites d’un cadre réaliste. Elle publie avec une égale fierté de grands noms de la littérature québécoise, canadienne ou mondiale comme les plus purs inconnus, les oubliés et les écrivains de demain.

 

Au niveau de la programmation, quelques activités retiennent notre attention. D`abord, jeudi,  le 26 mars de 19h30 à 20h45 à l`Espace jeunesse Marmen sera présenté le Combat des livres : Quand la littérature s`anime ! Les cinq livres suivants sont en nomination pour le « Prix littéraire des collégiens 2015 » : Fais pas cette tête (Jean-Paul Beaumier), Le feu de mon père (Michael  Delisle), La ballade d`Ali Baba (Catherine Mavrikakis), Bondrée (Andrée A. Michaud) et L`orangeraie (Larry Tremblay). Pour l`occasion, des étudiants du Cégep de Trois-Rivières débattront au sujet de ces mêmes livres. L`animation est confiée à Marie-Claude Brasseur, enseignante au Département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières.

 

Samedi,  le 28 mars, de 13h00 à 14h00 à la Salle Chenaux au Centre des Congrès de l`Hôtel Delta, une conférence de l`historien René Hardy intitulée « Une histoire du blasphème au Québec ». Celui-ci raconte comment et à quel rythme le blasphème s`est largement diffusé au point de devenir une habitude langagière. Cette activité est présentée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie. Puis, le même jour de 16h30 à 17h30 à l`Espace Radio-Canada, une table ronde portant sur la parole engagée à travers les générations. On pourra y entendre Gabriel Nadeau-Dubois (Libres d`apprendre, Éd. Écosociété), Lucie Pagé (Demain, il sera trop tard, mon fils, Éd. Stanké), Lise Payette (Des femmes d`honneur, Éd. Québec Amérique) et Jean-François Poupart (Un peuple à genoux, Éd. Poètes de brousse). La rencontre sera animée par le chroniqueur littéraire Jean Fugère.

 

Dimanche, le 29 mars de 14h00 à 15h00 à l`Espace Radio-Canada, dans le cadre de « Passeurs d`idées », une rencontre croisée entre Gabriel Nadeau-Dubois et l`écrivain et cinéaste québécois Jacques Godbout (Le tour du jardin, Éd. Boréal). Le public assistera à une discussion sur l`histoire culturelle et sociologique du Québec selon leurs différents points de vue, d`une génération à une autre. La rencontre sera animée par la journaliste et animatrice Claudia Larochelle.

 

Mentionnons une nouveauté pour la présente édition : « Écrivain en résidence ». Le poète, essayiste et performeur Sébastien Dulude en est le premier invité. Il devra écrire chaque jour un texte inédit qui sera lu sur place et publié sur le site du Salon.

 

La cérémonie de clôture se tiendra également dimanche, le 29 mars de 16h30 à 17h00 à l`Espace Radio-Canada.

 

Cette année le SLTR, c`est 240 maisons d`édition, 430 auteurs, 3000 enfants et écoliers de la région attendus.

 

 

Info. : www.sltr.qc.ca :

 

N.B. :   Au lendemain de l`événement, les organisateurs ont estimé à 12,000 le nombre de visiteurs à avoir franchi les portes du SLTR. Au total, 14,000 personnes rejointes incluant les activités hors les murs. Ajoutons à ce bilan, quelque 160 présentations et conférences. Le romancier québécois Patrick Senécal s`est mérité le Prix des Lecteurs; la conteuse québécoise Jacinthe Lavoie a remporté le Prix des Jeunes Lecteurs. Le 28e SLTR aura lieu du 17 au 20 mars 2016.