Archives pour avril 2015

Démonstration publique nécessaire

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 1, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Le 5 août 1981, Ronald Reagan, président des États-Unis, licencie 11345 contrôleurs aériens parce qu’ils sont en grève. Il les remplace par des « scabs » empruntés à l’armée, puis, progressivement, par des « scabs » civils. En mai 1982, René Lévesque, premier ministre du Québec, coupe les salaires des fonctionnaires de 20% et gèle les échelons salariaux. Dans les années 1984-85, Margaret Thatcher, première ministre britannique, affronte des milliers de mineurs en grève. Ceux qui ont voté contre la grève continuent de travailler et sont amenés sur les lieux de travail en fourgons blindés… La liste est interminable, et il y a peu ou prou de contre-exemples. Lors de chacun de ces événements, il n’y en a pas eu beaucoup pour pleurer, sauf les premiers concernés et leurs familles, bien entendu.

 

En gros, trente-cinq ans de mensonges, de duperies et, pour certains, d’illusions non encore éteintes. Trente-cinq ans de néo-libéralisme sauvage, dont les conséquences sont de moins en moins contestées: accroissement de la richesse d’une petite partie de la population au détriment de tous les autres. C’est un mode de gestion pensé par des voleurs, pour des voleurs, et de plus en plus administré par des voleurs, qui s’immiscent parmi les décideurs de l’État alors qu’ils n’ont aucun respect pour la fonction dont ils affirment vouloir se charger.

 

Il y a « vol » chaque fois que de l’argent public est transféré, directement ou indirectement, à des entreprises privées, dont la raison d’être n’est pas le bien public, mais la maximisation des profits; « vol », chaque fois qu’une législation vient favoriser l’entreprise privée au détriment de la chose publique; « vol », chaque fois que l’on attaque le secteur public dans le but d’en réduire l’efficacité et, a contrario, de faire paraître le secteur privé plus attrayant.

 

On se demandera alors comment il se fait que ce système perdure. Plusieurs raisons peuvent être invoquées, mais l’une des plus évidentes réside dans le fait que ces voleurs ont peaufiné un mode d’attaque bien connu des hyènes, coyotes et autres loups: le troupeau est indigeste lorsqu’il est bien regroupé, la tactique consiste alors à isoler quelques bêtes et à les bouffer en paix, sous le regard impassible des autres, qui continuent simplement à brouter leur herbe, quand ce n’est pas qu’ils se réjouissent à l’idée que cela leur fera plus de foin pour eux-mêmes.

 

Pourtant, à l’exception des loups, nous y passons tous, à tour de rôle.

 

C’est par manque de vision et par manque de solidarité que ce mode de gestion de l’État perdure, alors qu’il n’est en fait qu’un anti-État et qu’il nous appauvrit tous, que l’on travaille dans le secteur privé ou public.

 

Le 1er mai 2015, par-delà nos problèmes locaux, nous nous donnons une occasion de dénoncer ces voleurs et d’afficher un peu de cette solidarité qui nous manque. J’y serai.

 

Yvon Corbeil

 

Le rôle des mathématiques en Histoire et civilisation

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

[NDLR : article originaire de La Dépêche]

Texte de Luc Morin, enseignant au département des mathématiques.

 

Depuis mon entrée au collège, il m’a été donné d’enseigner plusieurs cours de mathématiques dont le cours Mathématica du programme Histoire et civilisation. Un très beau cours de mathématiques, offert par le département de mathématiques, quant à son contenu original.

 

Je ne donne plus ce cours, mais depuis quelques années, j’ai le plaisir de côtoyer les étudiants du programme Histoire et civilisation le temps d’une communication. En effet, je réponds à l’invitation de leur professeur de mathématiques actuel, mon collègue, Louis Duchemin. Cet enseignant offre toute une palette de couleurs mathématiques à ses étudiants.

 

Le cours Mathématica permet à l’étudiant de comprendre le rôle et l’influence des mathématiques dans la civilisation occidentale. Il lui permet de prendre conscience des liens qui unissent les mathématiques avec les arts, les sciences et l’éducation.

 

Cette année, le titre de ma communication était « Les mathématiques – Fer de lance contre les maladies infectieuses?! ». Les étudiants du programme Histoire et civilisation ont eu l’occasion de voir le rôle des mathématiques dans le domaine des sciences de la vie – plus précisément du rôle que joue la modélisation mathématique dans le domaine de l’épidémiologie; cette « science de ce qui s’abat sur le peuple ».

 

Ils ont découvert en autre chose, au cours de cette communication, que la première incursion des mathématiques en médecine a été faite par le mathématicien suisse Daniel Bernoulli au milieu du XVIIIe siècle. Bernoulli a élaboré un modèle mathématique pour estimer les avantages de l’inoculation de la petite vérole (variole). À l’époque (18e siècle), l’inoculation n’était pas sans risque. On pouvait en mourir et cela donna lieu à un débat pour savoir ce qu’il fallait faire; risquer une mort prématurée due à l’inoculation immédiate ou prendre le risque de mourir dans un avenir plus ou moins lointain en attrapant naturellement la maladie. Bernoulli montra un gain de 3 ans d’espérance de vie par l’inoculation grâce à sa modélisation mathématique! Les étudiants ont aussi découvert que la modélisation mathématique peut aider les décideurs à déterminer quels facteurs sont importants pour ralentir, voir éradiquer une maladie infectieuse. C’est le cas notamment avec la maladie parasitaire la dracunculose où le modèle mathématique de la propagation de cette maladie a permis de cibler les efforts à faire pour que celle-ci régresse au point où elle est presque éradiquée aujourd’hui. Le modèle suggérait de faire chuter le taux de natalité du parasite en utilisant le pouvoir de l’éducation comme arme efficace contre cette maladie!

 

Les modèles mathématiques sont une représentation simplifiée d’une réalité. Bien que faux par nature, ils permettent néanmoins d’étudier la dynamique complexe des phénomènes de notre monde. Leur utilité est précieuse pour les décideurs en santé publique, car ils leur permettent d’améliorer la cohérence et l’efficacité de leurs actions. D’un point de vue éthique, l’utilisation de modèles mathématiques dans l’étude de la propagation d’une maladie infectieuse est la seule solution possible.

 

Les mathématiques sont un langage, un langage universel dont l’utilité est sans pareil pour les sciences de la vie; et les sciences en général.

Luc-Morin_math-1024x765

Luc Morin, enseignant au département des mathématiques

 

Remise des prix de la Semaine de la philosophie 2015

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Le département de Philosophie a procédé à la remise des prix remportés par les étudiantes et les étudiants dans le cadre de la quatrième édition de la Semaine de la philosophie. Ainsi, Pierre-Nicolas Bastida-Tousignant a remporté le prix de 100 $ offert aux personnes ayant participé à au moins trois activités et ayant déposé leur carnet.

Également, une exposition sur les femmes philosophes s’est tenue dans le corridor des classes de philosophie. Un concours était organisé et la population étudiante était invitée à choisir une citation tirée de cette exposition et à rédiger une réflexion. Les auteurs des cinq meilleures réflexions se sont partagé un total de 220 $ en cartes-cadeaux de la Coopsco. Voici les noms des gagnantes ainsi que les citations qu’elles ont choisies :

1er prix (100 $) : Annie-Claude Charrette
Il arrive souvent qu’obnubilés par nos propres choix, nous n’arrivions même plus à observer qu’ils sont très peu personnels, mais fortement influencés par la société dans laquelle nous vivons.– Reneta Salecl

2e prix (60 $) : Annie Nguyen
Autant il est irresponsable de s’engager à être toujours amoureux, autant il est responsable de promettre d’aimer toujours. – Olivia Gazalé

3e prix (40 $): Myriam Carrier
You can ignore reality, but you can’t ignore the consequences of ignoring relate. – Ayn Rand

4e prix (10 $): Frédérique Lefrançois
Je suis très inquiète lorsque je vois comment la mondialisation du marché affecte l’éducation primaire et secondaire dans tous les pays. Il existe une pression de plus en plus grande pour se concentrer sur des matières directement liées au profit national, comme la science, la technologie, l‘économie, tandis que les sciences humaines et les arts se trouvent marginalisés. Cela me semble très dangereux parce qu’une bonne citoyenneté démocratique a besoin d’apprendre à imaginer, à critiquer un argument, et de tout ce qu’apportent les sciences humaines et les arts. – Martha Nussbaum

5e prix (10 $) : Jacinthe Ducharme
Il arrive que l’on perçoive seulement à l’extrême fin de sa vie ce que l’on a instinctivement cherché tout au long des années. –Jacqueline de Romilly

 

Gagnants-Semaine-Philo-2015

Sur la première rangée, nous reconnaissons Raymond-Robert Tremblay, directeur général, Lucy Sicard, directrice de la Fondation, Frédérique Lefrançois, Myriam Carrier et Annie-Claude Charrette, gagnantes, Léonie Cinq-Mars et Marie Line Neault, enseignantes. Sur la deuxième rangée, nous reconnaissons Natacha Giroux, enseignante, Marie-Andrée Trahan de la Coopsco, Martin Hould et Jan Michel, enseignants, Pierre-Nicolas Bastida-Tousignant, gagnant et Patrice Létourneau, coordonnateur du département de Philosophie.

L’éducation, c’est l’ADN d’un peuple

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 1, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

07 avril 2015 au Cégep de Trois-Rivières.

Une image, des centaines de mots.
ADN