Pour la cinquième édition de la Semaine de la philosophie, Philippa Dott et Jonathan Roy ont lancé un défi aux étudiant.e.s, reconnaître les sophismes de Donald Trump. Une idée très populaire, puisque les inscriptions ont vite affiché complet! Au total, ce sont finalement huit équipes de quatre à cinq étudiant.e.s chacun.e.s qui se sont affronté.e.s au Loft mardi dernier, en présence d’un public nombreux et participatif. En trois manches, les étudiant.e.s se sont exercé.e.s à reconnaître les sophismes de M. Trump durant sa campagne présidentielle. La première manche écrite avait pour thème l’art de gouverner selon Trump, la seconde manche orale portait sur les minorités sexuelles et les femmes. Enfin, la dernière manche a vu s’affronter les deux meilleures équipes sur la peine de mort, les armes à feu et l’égocentrisme du nouveau président. Le partage des gagnant.e.s a été difficile, les deux équipes étant aux coudes à coudes. C’est finalement l’équipe des « sophies », incluant Gabrielle Arcand, Karolinka Drouin, Claudine Gélinas, Élodie Vertefeuille et Xue Xiao qui ont gagné une carte cadeau d’une valeur de 50$ à la Coopsco ainsi que des exemplaires de L’art d’avoir toujours raison de Schopenhauer. Un Donald Trump grandeur nature construit spécifiquement pour l’activité a donné ses couleurs au Loft.

 

Voici quelques-uns des sophismes les plus marquants entendus pendant le défi :

  • Une attaque à la personne : le célèbre chroniqueur Charles Krauthammer, qui est paraplégique, a qualifié Trump de « clown de rodéo ». Trump a répliqué lors d’une interview de la NBC : « Comme ça je me fais insulter par un bonhomme qui n’est pas foutu de s’acheter lui-même un pantalon ? Il ose ? »
  • Une pétition de principe : Donald Trump nous dit pourquoi il est un gagnant : « Celui qui ne gagne pas ne s’en sort pas. Et moi je gagne, je gagne, je gagne toujours. À la fin, je finis toujours par gagner, que ce soit au golf, au tennis ou dans la vie, je gagne toujours, c’est tout. Et je dis aux gens que je gagne toujours tout simplement parce que c’est le cas. »
  • Un appel à l’autorité : face à ses critiques, Donald Trump se défend : « Désolé pour vous, bande de losers haineux, mais j’ai un des QI les plus élevés qui soient – et vous le savez tous ! »

 

Philippa Dott et Jonathan Roy tiennent à remercier tout particulièrement les étudiant.e.s qui se sont prêté.e.s au jeu et leurs collègues pour leur aide précieuse avec un merci tout spécial à Christian Boisclair pour la création du Trump et à Dany Roy-Robert pour ses photos.

 

(Crédit photo : Dany Roy-Robert)