Le Département des arts de l’UQTR organise une Semaine thématique sur le parasitage, qui aura lieu du 7 au 11 février 2011.

Voici une description de la problématique, de son actualité et de sa pertinence, ainsi que des indications pour la participation et la soumission de propositions d’activités :

Problématique
Une large part de la production artistique contemporaine est conçue à partir de biens culturels disponibles, tel le film de Luc Bourdon La mémoire des anges (2008), dont les images ont été tirées de 120 documentaires produits pas l’ONF. De même, un grand nombre de musiciens créent de nouvelles compositions à partir d’échantillons de musiques déjà sur le marché. Par ailleurs,  l’inflation des images semble de moins en moins perçue comme un problème, mais apparaît plutôt comme un «écosystème culturel» dans lequel chacun est libre de s’alimenter. Il s’ensuit que le rapport de l’artiste au patrimoine artistique et à l’histoire se trouve modifié par ces pratiques qui brouillent les frontières entre interprétation, consommation et création. Les œuvres actuelles se présentent comme des instruments de liaison entre différentes formes ou différentes époques et oblitèrent les distinctions entre la création vivante et les œuvres du passé. Ainsi, en érigeant une forme de culture qui délaisse la signature au profit du droit d’accès aux œuvres, l’artiste concrétise le grand processus de démocratisation de l’art entamé avec le modernisme. Cependant, ce phénomène soulève certaines questions. Que devient la notion d’auteur dans un monde où, pour reprendre la formule de Barthes «l’origine s’efface au profit de la citation»? Aussi, sommes-nous devenus des parasites culturels, qui, tel le parasite biologique tire sa subsistance dans l’organisme d’un autre appelé hôte?

À partir de cette problématique, nous avons identifié plusieurs axes de recherche dont l’échantillonnage, le virus, l’intertextualité, la citation, l’hybridité et le recyclage qui sont des modes de production largement exploités depuis le début du modernisme. Nous faisons donc appel aux chercheurs de différentes disciplines pour imaginer des activités d’animation (conférences, ateliers, etc.) de manière à saisir comment ce piratage incessant de formes ou d’images relève toujours de la «création». À cet effet, nous sommes ouverts à toute proposition provenant de vos départements.

Cette thématique arrive à point nommé en ce qui touche à la formation des étudiants, car depuis l’arrivée d’Internet, on constate que les étudiants s’emparent d’images ou de textes sur le Web pour les insérer dans leurs travaux personnels, et bien souvent sans même être conscients du fait qu’ils font de l’appropriation. Nous espérons que cette thématique les amènera à saisir les nuances entre ce qui relève de la citation, de l’hybridité, du recyclage, voire du plagiat. En outre, il est essentiel que nous abordions la question du droit d’auteurs à l’heure où le concept de propriété intellectuelle semble de plus en plus obsolète.

La semaine thématique se déroulera du 7 au 11 février 2011.  Votre participation  peut se faire sous forme d’exposition, conférence, atelier ou autre. Un cachet est prévu pour les personnes qui ne sont pas des professeurs réguliers.

Pour faciliter la planification de cet événement,  vous êtes priés  de confirmer votre participation  à l’adresse suivante :  
aline.simoneau [at] uqtr.ca

ou par téléphone, au 819-376-5011 poste 3223 [secrétariat du Département des arts de l’UQTR].

(Sources des images) » />
_____________________
SOURCES DES IMAGES :1ère image : tirée du «défunt» Understanding Art for Geeks de «PaulTheWineGuy» (traces restantes de Understanding Art for Geeks, ).  La présente première image est réalisée à partir de l’œuvre d’Edvard Munch , Le Cri

2e image : source ;  réalisée à partir de l’œuvre de Léonard de Vinci, La Joconde, ainsi que de l’œuvre de Paul Cézanne, Les joueurs de cartes

3e image : œuvre réalisée par Matt Groening, créateur des Simpsons, en référence à l’œuvre de Edward Hopper, Nighthawks.

4e image : (re)fonte ; «crop» tiré de ce vidéo promotionnel.