Archives pour octobre 2010

Cicéron, Les Académiques

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Présentation de l’éditeur :

«Par le biais de dialogues proches de ceux de Platon, Cicéron montre comment déterminer ce que sont la certitude, l’assentiment, l’opinion, la science…

Ce traité de Cicéron est le manifeste le plus talentueux que l’Antiquité nous ait légué en faveur de l’Académie sceptique.

Il est en effet une source indispensable pour l’histoire de la philosophie grecque : sans lui, nous ne saurions presque rien de philosophes aussi importants qu’Arcésilas, Carnéade, Philon de Larissa et Antiochus d’Ascalon. Mais il est non moins intéressant par l’acribie, et parfois la passion, avec laquelle Cicéron défend le ‘scepticisme » de la Nouvelle Académie face aux arguments des dogmatiques en faveur de la « perception » objective des phénomènes.

Loin de se contenter d’exposer le statut des diverses questions d’après des doxographics, Cicéron tente de cerner les véritables enjeux philosophiques et scientifiques des positions académiciennes face à celles des Stoïciens. La présente traduction française de cette édition bilingue est la première traduction complète depuis les années 1930.»

____
AUTEUR : Cicéron
TRADUCTEUR : José Kany-Turpin
INTRODUCTION : Pierre Pellegrin
TITRE : Les Académiques
ÉDITIONS : GF Flammarion
PAGES : 352
ISBN : 978-2-08-122402-5
DATE DE PARUTION :  15 septembre 2010

Judith Revel, Foucault, une pensée du discontinu

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 1, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Présentation de l’éditeur :
«La pensée de Michel Foucault désoriente : considérée parfois comme celle d’un philosophe, parfois encore comme celle d’un historien ou d’un critique de la culture, elle ne cesse de déplacer ses choix méthodologiques, ses champs d’enquête et son outillage conceptuel ; elle surprend par la beauté de son écriture ; elle irrite aussi, car ce voisinage avec la pratique littéraire et le dehors de la philosophie dérange.

Que se passe-t-il alors quand, au lieu d’exiger une identification, un positionnement ou une déclaration d’allégeance à tel ou tel courant, on prend pour guide cette apparente discontinuité des thèmes, des approches et des instruments ? Quand on fait le pari qu’il s’agit de lire derrière l’éparpillement de la recherche une véritable pensée du discontinu, un travail philosophique exigeant, sans cesse relancé, sur l’exigence de la pensée et la problématisation de l’actualité.

Il s’agit alors de reconstituer la trame complexe d’une cohérence difficile et forte, qui traverse trente ans de pratique philosophique, et nous enjoint à notre tour de tenter cette « ontologie critique de nous-mêmes » dont Foucault demeure l’exemple à la fois le plus remarquable et le plus émouvant.

Judith Revel est maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et membre du Centre Michel Foucault. Philosophe, italianiste et traductrice, elle est spécialiste de philosophie contemporaine et s’intéresse aux représentations de l’histoire dans les théorisations politiques. Elle travaille en particulier sur la manière dont la réflexion philosophique se pose la question de l’actualité

____
AUTEURE : Judith Revel
TITRE : Foucault, une pensée du discontinu
ÉDITIONS : Mille et une nuits
PAGES : 300
EAN : 9782755501452
DATE DE PARUTION :  6 octobre 2010

Derrida (MÀJ)

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 3, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Mise à jour : voir aussi «Jacques Derrida : l’essence du combat»

Présentation tirée du site de l’auteur :

«[Ce] livre n’est ni un essai philosophique, ni une nouvelle introduction à l’œuvre de Derrida déguisée en «biographie intellectuelle». Il s’agit d’une véritable biographie, fondée bien entendu sur une lecture intégrale de l’œuvre, mais aussi sur un considérable travail de recherches, dans plusieurs pays et de nombreux lieux, ainsi que sur des rencontres avec une centaine de témoins.»

«Le livre est terminé depuis quelques semaines et paraîtra chez Flammarion le 6 octobre 2010.  On y découvrira notamment :
– Un individu sensible, angoissé, attachant, dont la correspondance, d’une grande qualité littéraire, permet d’accompagner la trajectoire même sans connaissances philosophiques. Le Derrida que révélera ma biographie sera beaucoup plus accessible et impliqué dans son siècle qu’on ne le croit généralement.
– Des préoccupations éthiques et politiques présentes depuis le début, bien avant de trouver une place à l’intérieur de son œuvre. La trajectoire humaine et intellectuelle de Jacques Derrida se place sous le signe de deux traumatismes de jeunesse : l’exclusion de l’école à 12 ans en tant qu’enfant juif, les déchirements nés de la guerre d’Algérie.

– Une exceptionnelle série d’amitiés avec des écrivains et penseurs de premier plan, parmi lesquels Louis Althusser, Emmanuel Levinas, Paul Ricoeur, Maurice Blanchot, Francis Ponge, Jean Genet, Hélène Cixous, Jean-Luc Nancy et Avital Ronell.
– Une non moins longue série de polémiques, riches en enjeux mais souvent brutales avec des philosophes comme Claude Lévi-Strauss, Michel Foucault, Jacques Lacan, John R. Searle ou Jürgen Habermas.

– Plusieurs « affaires » qui débordèrent largement les cercles académiques, dont les plus fameuses concernèrent Heidegger et Paul de Man.

– Une carrière internationale sans équivalent qui fit d’un petit Juif d’Alger le philosophe le plus traduit dans le monde. La déconstruction derridienne a eu un impact considérable, bien au-delà du monde philosophique, influençant en profondeur la littérature, l’esthétique, le droit, les sciences politiques, la théologie et quantité d’autres domaines. Ses liens avec le féminisme, les queer studies, les postcolonial studies ne sont pas moins fondamentaux.»

<<<Lire la suite.>>>

À propos de l’auteur de la biographie sur Derrida :

«Benoît Peeters est né à Paris le 28 août 1956. Après une licence de philosophie à la Sorbonne (Paris I), il a préparé le diplôme de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) sous la direction de Roland Barthes. Il est titulaire d’une Habilitation à diriger la recherche présentée à l’université de Paris I, sous la direction de Pierre Fresnault-Deruelle. Benoît Peeters a publié son premier roman, Omnibus, en 1976 aux éditions de Minuit et s’est consacré entièrement à l’écriture à partir de 1982, multipliant les travaux dans les domaines du scénario, de la critique, de l’édition et de la conception d’expositions. Déjà biographe de Paul Valéry et de Hergé, il a préparé depuis 2007 la première biographie de Jacques Derrida. Le livre vient de paraître aux éditions Flammarion, en même temps que « Trois ans avec Derrida, les carnets d’un biographe ».»

À lire aussi : «Derrida, à l’affût de l’imprévisible».

La suite >