Archives pour septembre 2011

FIL 2011

Festival international de la littérature 2011

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 2, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

C`est du 16 au 25 septembre 2011 qu`aura lieu, à Montréal, la 17e édition du Festival international de la littérature (FIL). Cette année, l`événement propose 75 représentations, mettant en scène quelque 200 écrivains et artistes de diverses disciplines.

Cette dix-septième édition du Festival international de la littérature (FIL) s’inscrit dans le cadre de la Saison de la lecture à Montréal, une toute nouvelle initiative d’un regroupement d’associations, d’organismes et d’événements littéraires mis sur pied afin de promouvoir la lecture. Le FIL s’associe à cette initiative puisque la promotion du livre, de la littérature et de la lecture est sa principale raison d’être.

La suite >

Le juste milieu

Aristote, Humain, trop Humain

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 3, moyenne : 4,67 sur 5)
Loading...

«Un philosophe a-t-il une vie ?  […]  Telle est la question qui fut posée, en octobre 1996, à un colloque organisé par la New York University.  Dans une intervention improvisée, Jacques Derrida commença par rappeler :
«[…]  Vous vous souvenez sans doute de la formule de Heidegger à propos d’Aristote : «Quelle fut la vie d’Aristote ?»  Eh bien, la réponse tient en une seule phrase : «Il est né, il a pensé, il est mort.»  Et tout le reste est anecdote.»
Cette position, pourtant, n’était pas celle de Derrida.  […]  [Il] appelait alors à inventer «une nouvelle problématique du biographique en général, de la biographie des philosophes en particulier» pour penser la frontière entre «le corpus et le corps.».»

– Benoît Peeters, Derrida, Paris, Éditions Flammarion, 2010, page 9.

____

La suite >

Rock'n Philo

Rock’n philo

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 7, moyenne : 4,86 sur 5)
Loading...

Ce que l’on appelait autrefois «l’honnête Homme» ne douterait pas que la poésie soit un art à part entière.  Mais en est-il autant pour la musique qui s’adresse à un plus large public ?  Qui, à l’écoute d’une chanson de Jacques Brel, n’a pas déjà eu l’impression que se condensait en quatre minutes ce qui autrement s’expliquerait en une cinquantaine de feuillets ?

Jusqu’à quel point peut-on faire des liens entre des conceptions philosophiques et la musique accessible à un large public, et en particulier la musique que nos étudiants sont susceptibles d’avoir déjà écoutée?

C’est cette question que creuse Francis Métivier, avec «Rock’n philo» qui vient de paraître aux éditions Bréal.  Sa thèse ne consiste pas à laisser entendre que les groupes de rock sont des philosophes, mais plus simplement que, parce qu’un bon nombre de chansons rock s’attachent à donner à voir des perspectives sur la vie, ces chansons recèlent bien souvent, implicitement, des conceptions philosophiques.

En partant de ce filon, Francis Métivier (professeur depuis 25 ans au Lycée et titulaire d’un doctorat de philosophie de La Sorbonne) creuse les liens entre, par exemple, «Ironic» d’Alanis Morissette et le concept d’ironie chez Kierkegaard, «Cargo de nuit» d’Axel Bauer et «l’exploitation de l’homme par l’homme» chez Marx, l’anarchisme chez Stirner et «God save the Queen» des Sex Pistols, la chanson «Francis» de Coeur de pirate et le langage chez Wittgenstein, «The End» des Doors et le mythe d’Œdipe, «Rock is dead» de Marilyn Manson et le concept de catharsis chez Aristote, les Beatles et Rousseau, Bob Dylan et Hobbes, Led Zepplin et Pyrrhon, Pink Floyd et Merleau-Ponty, ainsi que tant d’autres.

Au total, une quarantaine de titres analysés en un peu plus de 400 pages.

La philosophie peut aider à «réapprendre à voir le monde» sous un nouveau jour, dit-on – ici, il semble bien qu’elle peut aussi aider à réapprendre à écouter ce que l’on entendait sans y être forcément à l’écoute.

À écouter aussi : une entrevue avec l’auteur à la Première chaîne de Radio-Canada, avec Katerine Verebely et Michel Desautels (à partir de 35:10).