C`est le jeudi 4 octobre 2012 qu`aura lieu la 4e Journée québécoise des dictionnaires à l`Auditorium de la Grande Bibliothèque de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), à Montréal. Organisé par l`Université de Montréal en partenariat avec BAnQ, le thème du colloque international est « Du papier au numérique : la mutation des dictionnaires ». La conceptrice de l`événement est Monique C. Cormier, professeure titulaire et directrice du Département de linguistique et de traduction de l`Université de Montréal. Pour l`occasion, 200 participants sont attendus dont une quinzaine d`experts venus de différents horizons. Signalons en ce sens, la présence de Jean-Yves Mollier, professeur à l`Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et de Laurent Catach, responsable des éditions numériques aux Dictionnaires Le Robert.

Qu’arrive-t-il aux dictionnaires? Regroupent-ils encore le meilleur savoir sur toute chose? Comment usagers et concepteurs s’adaptent-ils à la révolution numérique qui se moque des barrières que leur imposait le papier ? Après les trois premières journées consacrées aux dictionnaires Le Robert (2003), aux dictionnaires Larousse (2005) et aux dictionnaires de la langue française au Québec (2008), c’est la mutation des dictionnaires bouleversés par le numérique qui sera donc le thème de la 4e Journée québécoise des dictionnaires.

C`est l`écrivain et penseur argentin Alberto Manguel, né à Buenos Aires en 1948, qui livrera la conférence d`ouverture sous le titre « La tâche d`Adam », à 9h00 à la Grande Bibliothèque. De 10h30 à 11h00, il dédicacera des exemplaires de ses livres sur le site de la Grande Bibliothèque, au stand de la librairie Olivieri. Vivant actuellement dans un village du Poitou (France), il a résidé une vingtaine d`années à Toronto (Ontario, Canada) à partir de 1982. En 1992, il se voit décerner la Prix de l`Association des écrivains canadiens, catégorie fiction. En 1998, il publie Une histoire de la lecture aux Éditions Acte Sud qui fait de lui le lauréat du Prix Médicis essai, la même année. En 2004, il reçoit le Prix Roger-Caillois, prix littéraire annuel français récompensant un auteur latino-américain.