Le philosophe français Rémi Brague reçoit aujourd`hui le 20 octobre 2012, le Prix Ratzinger, au cours du synode des évêques consacrés à la « nouvelle évangélisation ». Ce Prix, qu`on surnomme familièrement le « Prix Nobel de Théologie », sera remis par le pape Benoît XVI. Le lauréat est professeur émérite de philosophie grecque, romaine et arabe à l`Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (1990-2010). Il enseigne également la philosophie des religions européennes à la Ludwig-Maximilian Universität, à Munich (Allemagne), où il occupe la chaire Romano Guardini (1885-1968), théologien catholique allemand et philosophe de la religion. Cet universitaire polyglotte compte à son crédit une très vaste production scientifique. Il se montre également très combatif dans les polémiques actuelles, contre les axiomes « politiquement corrects », qu`ils soient progressistes ou « théo-conservateurs ». Rémi Brague est un des fondateurs de Communio, revue internationale catholique francophone issue de Vatican II, créée en 1975. Il est un membre très actif de son Comité de rédaction depuis l’origine.

Peu connu du grand public, il appartient à la tradition des grands érudits multidisciplinaires de l’humanisme chrétien. Philosophe, philologue, historien versé dans les langues anciennes, dont la connaissance lui permet de fréquenter les textes fondateurs à leur source, il fait partie de ceux qui sont capables de dire comment pensaient les clercs autrefois, quitte à ruiner souvent les opinions les mieux établies. Comment les hommes se représentaient le monde, l’univers, Dieu, la Loi, tel est le dénominateur commun de ses recherches qui questionnent les Grecs, l’Islam, l’Europe médiévale.

Les noms des lauréats ont été choisis par un comité scientifique présidé par le cardinal Camillo Ruini, vicaire général émérite de Rome et ancien président de la Conférence des évêques d`Italie. Mgr Ruini détient une licence en philosophie de l`Université pontificale grégorienne de Rome.

Le Cardinal a insisté sur le fait que, « vrai philosophe, Rémi Brague est aussi un véritable historien de la pensée culturelle, unissant à la force spéculative et à la vision historique, une profonde et explicite foi chrétienne et catholique, sans complexes ».

 

Fondation Vaticane Joseph Ratzinger – Benoît XVI

 

Le Prix Ratzinger a été institué par la Fondation Vaticane Joseph Ratzinger – Benoît XVI (créée en 2010) « afin de stimuler la réflexion théologique surtout dans les domaines les plus étudiés par Joseph Ratzinger en tant que théologien, cardinal et maintenant pape : le domaine de la théologie fondamentale, le domaine de l`histoire de la théologie, tout spécialement celle de la théologie patristique, le domaine de l`exégèse biblique, mais également la théologie dogmatique ». L’objectif de la Fondation est de récompenser des travaux universitaires centrés sur la question de Dieu et alliant la rigueur scientifique au témoignage de foi.

Le 1er mars 2010, Benoît XVI décide de la création de cette fondation pour répondre à l’attente exprimée depuis des années par de nombreux étudiants. Et un des rôles de son comité scientifique est de fixer les critères d’attribution du Prix Ratzinger, destiné à récompenser les publications et les travaux de recherche scientifique. Le but de cette institution, a précisé Mgr.Giuseppe Scotti, qui la préside, « est de placer la question de Dieu au coeur de la réflexion ». L’attribution du prix tend à attirer l’attention de l’opinion publique sur ce thème comme sur les activités de la Fondation Joseph Ratzinger – Benoît XVI, notamment l’attribution de bourses à des doctorants en théologie ou l`organisation de congrès scientifiques.

 

Rémi Brague

 

Rémi Brague est né le 8 septembre 1947 à Paris. Marié, il est le père de quatre enfants. En 1967, il est admis à l`École Normale Supérieure de la rue d`Ulm. De 1972 à 1976, il est professeur de philosophie en classes terminales au Lycée technique du Perreux sur Marne. En 1971, il devient agrégé de philosophie. En 1976, il soutient sa thèse de doctorat de 3e cycle sous la direction de Pierre Aubenque, commentateur d`Aristote. De 1976 à 1988, il est chercheur au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). À l`hiver 1979-1980, il est Visiting Associate Professor, au département de philosophie du Pennsylvania State University.

En 1982-1986 et en 1990-1991, il poursuit des études d`hébreu médiéval à l`EPHE Ve section (séminaire de M.C. Touati). En 1985-1987, il effectue des études d`arabe littéral à l`INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). En 1986, il est Docteur ès-Lettres (État). En 1987-1988, il est boursier de la Fondation Alexander von Humboldt de l`Institut Thomas de l`Université de Cologne (Allemagne). En 1988, il reçoit le Prix Reinach de l`Association des Études Grecques. La même année, on lui décerne la médaille de bronze du CNRS. En 1988 toujours, il reçoit le Prix Grammaticakis-Neemann de l`Académie des Sciences morales et politiques. De 1988 à 1990, il est professeur à l`Université de Bourgogne (Dijon). À l`hiver 1989-1990 et au printemps 2000, il est professeur remplaçant au département de philosophie à l`Université de Lausanne (Suisse).

De 1990 à 2010, il est professeur à l`Université Panthéon-Sorbonne (Paris I). Au printemps 1995 et en 2001, il est John Findlay Visiting Professor au département de philosophie de l`Université de Boston. En 1999, il reçoit le Prix Alexandre Papadopoulo de l`Académie des Sciences morales et politiques. Au printemps 1999, il est professeur invité à l`Universidad de Navarra.

En 2005, on lui décerne le Prix Lucien Dupont de l`Académie des Sciences morales et politiques. Au printemps 2008, il est professeur invité à l`Universita Vita-Salute San Raffaele, à Milan (Italie). En 2009, il est membre de l`Académie catholique de France, anciennement le Cercle des Intellectuels Catholiques. Le 7 décembre 2009, il est élu à l`Académie des sciences morales et politiques, dans la section philosophie, au fauteuil du linguiste français Jean-Marie Zemb (1928-2007). En 2009 également, il se voit décerner le Grand prix de philosophie de l`Académie française. En 2009 toujours, il devient membre de l`Institut de France, soit de l`Académie des Sciences morales et politiques. À l`automne 2011, il est Hans-Georg Gadamer Visiting Professor au département de philosophie du Collège de Boston.

Il est l`auteur de nombreux ouvrages dont : Du temps chez Platon et Aristote (PUF, 1982), Aristote et la question du monde (PUF, 1988), Europe, la voie romaine (Criterion, 1992), La Sagesse du monde (Fayard, 1999), Introduction au monde grec : études d`histoire de la philosophie (Éd. de la Transparence, 2005), La loi de Dieu (Gallimard, 2005), Au moyen du Moyen Age (Éd. de la Transparence, 2006), Du Dieu des chrétiens et d`un ou deux autres (Flammarion, 2008), Image vagabonde (Éd. de la Transparence, 2008), Les Ancres dans le Ciel (Seuil, 2011).