C`est du 17 au 20 mars 2016 qu`aura lieu le 28e Salon du livre de Trois-Rivières (SLTR), au Centre des Congrès de l`Hôtel Delta. Il a pour thème « Prendre racine ». Ainsi, on y parlera des racines de l`amour dans la littérature, des racines historiques avec les livres d`histoire, des racines identitaires, des racines territoriales avec le polar québécois.

 

Cette année, le SLTR est sous la présidence d`honneur du comédien et auteur Robert Lalonde. Celui-ci naît le 22 juillet 1947 à Oka dans la région des Laurentides. Il fait son cours classique au Collège de Montréal et obtient son baccalauréat ès arts au Séminaire de Sainte-Thérèse, en 1968. Par la suite, il étudie durant trois ans au Conservatoire national d`art dramatique où il remporte le premier prix d`interprétation en 1971 ainsi qu`une bourse d`un an qui l`amène en Europe et aux État-Unis. À compter de 1970, il est comédien. De 1973 à 1975, il enseigne l`art dramatique aux collèges de Saint-Jérôme et de Longueuil. En 1980, il a déjà joué dans quelques vingt-cinq pièces. En 1981, il publie son premier roman La Belle Épouvante (Montréal, Éd. Quinze) avec lequel il gagne le Prix Robert-Cliche. En 1982, il publie Le Dernier Été des Indiens (Paris, Seuil) qui lui mérite en France le prix Jean-Macé. En 1986, il publie Une belle journée d`avance (Paris, Seuil), ce roman lui mérite le prix Paris-Québec. En 1988, il publie Le Fou du père (Montréal, Boréal) qui lui mérite le Grand Prix du livre de Montréal la même année. En 1992, il publie L`ogre de Grands Remous (Paris, Seuil; 2e éd., Montréal, Éd. du Boréal) pour lequel il se mérite le prix des lectrices Elle-Québec. En 1994, il publie Le petit aigle à tête blanche (Paris, Seuil; 2e éd., Montréal, Éd. du Boréal) qui lui mérite la même année le prix du Gouverneur général du Canada et le prix Jean-Hamelin en 1995.

 

 

En 2016, il publie Le petit voleur (Montréal, Boréal), roman où il fait revivre l`écrivain russe Anton Tchekhov (1860-1904) dans le dernier chapitre de sa vie. L`auteur s’intéresse surtout au lien qui unit maître (Tchekhov) et disciple (Iégor), tentant de discerner ce qui est transmis, reçu, donné ou volé dans une telle relation. Mentionnons qu`à ce jour, l`auteur a publié vingt-six ouvrages. De plus, Robert Lalonde sera en séance de dédicaces au stand 64 selon l`horaire suivant : samedi, le 19 mars de 13h00 à 14h00 et de 17h30 à 18h30; dimanche, le 20 mars de 11h30 à 13h00.

 

Lalonde, Robert

Robert Lalonde

 

Le Salon accueillera également quatre invités d`honneur : jeudi, l`illustrateur, bédéiste et auteur Sampar; vendredi, l`auteure Louise Tremblay d`Essiambre; samedi, le chroniqueur, scénariste et auteur Stéphane Dompierre; dimanche, la musicienne Florence K. Cette année, l`écrivain en résidence est l`auteur mauricien Bryan Perro. Ce dernier devra écrire un texte inédit à chaque jour du Salon. Ses textes seront lus pendant l`événement et publiés sur le site Internet du SLTR.

 

Cette année, le Salon honore la maison d`édition Écosociété. Basée à Montréal depuis 1992, elle se spécialise dans les problématiques sociétales et écologiques. Elle se préoccupe, entre autres, d’écologie, d’altermondialisme, de démocratie participative, d’engagement citoyen, de rapports Nord-Sud, d’agriculture, de santé, de consommation et d’économie. Son Catalogue contient plus de deux cents essais critiques sur ce qui caractérise notre monde et sur les moyens de le transformer.

 

 

Au niveau de la programmation, quelques activités retiennent notre attention.

 

 

D`abord, jeudi, le 17 mars de 19h30 à 20h45 à l`Espace jeunesse Marmen sera présenté le Combat des livres : Quand la littérature s`anime ! Les cinq livres suivants sont en nomination pour le « Prix littéraire des collégiens 2015 » : L`année la plus longue (Daniel Grenier), Ce qu`il reste de moi (Monique Proulx), Demoiselles-cactus (Clara B.-Turcotte), La nageuse au milieu du lac (Patrick Nicol) ou Six degrés de liberté (Nicolas Dickner). Pour l`occasion, des étudiants du Cégep de Trois-Rivières débattront au sujet de ces mêmes livres. L`animation est confiée à Marie-Claude Brasseur, enseignante au Département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières.

 

Vendredi, le 18 mars de 18h00 à 19h00 au Bistro littéraire Télé-Québec, une table ronde explorant les liens entre les savoirs historiques et la littérature, entre histoire et fiction. Parmi les questions soulevées : comment la fiction négocie-t-elle avec l`histoire ? Quelle responsabilité cela crée-t-il pour les écrivains ? Comment les écrivains intègrent-ils leurs recherches historiques à l`invention romanesque ? Pour cette discussion, on pourra entendre quatre auteures de la Société des écrivains de la Mauricie : Nicole Campeau, Anne-Marie Couturier, Louise Lacoursière et Johanne Pothier.

 

Samedi, le 19 mars de 13h00 à 14h00 à la Salle Chenaux, les historiennes Émilie Papillon et Valérie Bourgeois du musée Boréalis raconteront les racines industrielles de Trois-Rivières, jadis la capitale mondiale du papier journal. À l`aide de témoignages, d`anecdotes et de photos inédites, elles transporteront le visiteur au cœur de notre histoire collective. Cette activité est présentée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie.

La cérémonie de clôture se tiendra dimanche, le 20 mars de 16h30 à 17h00 à l`Espace Radio-Canada. À cette occasion, on dévoilera le nom des auteurs gagnants du prix des Lecteurs du Salon du livre 2016 et du prix des Jeunes lecteurs du Salon du livre 2016.

 

Cette année le SLTR, c`est plus de 250 maisons d`édition, 400 auteurs (dont 115 écrivent de la littérature jeunesse), 100 activités sur scène, 10 tables rondes, 40 entrevues, 20 spectacles pour enfant et 120 bénévoles.

 

 

Info. :   www.sltr.qc.ca

 

AfficheSLTR2016