Archives pour mai 2007

Philosophie Magazine, no. 9 (Montaigne)

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Philosophie Magazine, no. 9 (Mai 2007), 98p. [10.50$]

La section Analyse publie le second volet de l`article de Ronald Dworkin. Ce dernier s`intéresse cette fois au serment d`allégeance des citoyens américains qui, dit-il, « agit de manière à renforcer l`association de la religion et du patriotisme » (p.24). La rubrique Dialogue met en présence Alexandre Jollien, handicapé de naissance et auteur de La Construction de soi et l`acteur Bernard Campan. Tous deux ont fait de leur corps leur outil de travail pour surmonter les apparences et aller au-delà. Le Dossier a pour thème « L`Univers est-il fait pour l`homme ? ». Le cosmologiste Thibault Damour et le philosophe Frédéric Nef y croisent le fer et plaident pour un renouveau du dialogue entre science et métaphysique. La rubrique Entretien offre sa tribune à l`historien français Paul Veyne qui affirme ne pas croire aux idées générales. Pour ce dernier, l`histoire n`est pas une science mais compréhension du réel, description de pratiques concrètes. En ce sens, il considère que « le lecteur doit avoir le poids concret de ce qu`il lit. Il ne faut pas écrire pour les professionnels mais pour le public cultivé, ce qu`on appelait l`honnête homme » (p.58). La section Biographie est consacrée à Montaigne. Anne-Vanessa Prévost rappelle que « toute l`entreprise de Montaigne dit le malaise d`un moi placé entre l`exigence de se fixer et l`impossibilité de se constituer en être stable » (p.60). À propos de l`auteur des Essais, André Comte-Sponville y voit un maître d`incroyance, un maître de liberté : « Maître à penser plutôt qu`à croire, et à vivre plus encore qu`à penser. Il invente une sagesse à la fois laïque et fidèle […], une sagesse sans rien qui  pèse ni qui pose, une sagesse pour ceux qui ne sont pas des sages et qui se moquent de la sagesse : une sagesse pour tous, à condition que chacun, suivant son exemple, sache inventer la sienne » (p.68). En guise de supplément, un Cahier central (16 pages) contenant des extraits du Livre II, Chapitre I des Essais intitulé « De l`inconstance de nos actions » présentés par Antoine Compagnon, professeur de littérature française à l`Université Columbia (New York) et au Collège de France.

Info. : Site Web

Hommage à Gilles Lane

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

C’est avec tristesse que nous apprenons le décès du professeur Gilles Lane. Le Québec perd un penseur.

À le fréquenter nous apprenions comment le philosophe peut conduire ceux qui le veulent à la connaissance. Il posait les questions qui apportent la découverte. Il ne laissait pas un problème avant d’avoir  trouvé ce qu’il était possible d’être trouvé à son égard.

Sans parler de l’écrivain émérite que nous perdons, chacun pouvait reconnaître en lui le pédagogue, le guide et l’homme affable. Ce philosophe  aimait la vérité mais croyait qu’elle devait ouvrir à l’expérience religieuse.Toujours curieux et chercheur dans l’âme, il aimait toutefois dire qu’il ne faut lire que les ouvrages qui nous attirent plus que ceux qu’on nous recommande.

Clément Loranger
Département de philosophie du Cégep de Trois-Rivières

Le Magazine littéraire, no. 463 (Kierkegaard)

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Le Magazine littéraire, no. 463 (Avril 2007), 98p. [8.10$]

Dossier « Soren Kierkegaard, philosophe et dandy »

Le dossier de 36 pages qui comprend 12 articles est coordonné par Patrice Bollon. Il est structuré autour des trois « stades sur le chemin de la vie » (l`esthétique, l`éthique et le religieux) qui constituent la colonne vertébrale de l`oeuvre de Kierkegaard. Dans l`avant-propos, Jean-Louis Hue, directeur de la rédaction, rappelle concernant l`auteur du Traité du désespoir que « La mélancolie ne lui est pas une pénitence, plutôt une grâce. Loin de se réduire à une lugubre tessiture, son oeuvre est sans cesse parcourue d`échos, de correspondances, de variations, à la manière d`une symphonie. Kierkegaard s`y plaît à endosser des identités multiples, comme s`il lui était impossible de parler de lui directement, et convoque la fiction pour éclairer sa propre vie » (p.3).

Pour Patrice Bollon, journaliste et essayiste, Kierkegaard est « le prophète d`une nouvelle façon de penser, apte à nous délivrer des errements du rationalisme et d`une pensée hiérarchique d`autorité » (p.29). De son côté, le philosophe Alain Badiou voit dans Kierkegaard l`un des plus grands antiphilosophes : « J`appelle  » antiphilosophe  » cette sorte particulière de philosophe qui oppose le drame de son existence aux constructions conceptuelles; pour qui la vérité existe, absolument, mais doit être rencontrée, expérimentée, plutôt que pensée ou construite » (p.50). Pour sa part, Jean-Louis Chrétien, professeur de philosophie à Paris-IV Sorbonne, montre que les nombreux « discours édifiants » publiés par Kierkegaard, loin d`être des sermons pontifiants, sont des paroles intimes adressées à un lecteur, pris dans toute sa singularité, afin qu`il accède par lui-même à la vérité.

Info. : Site Web