Archives pour juin 2013

Philo & Cie no 5 (mai-août 2013)

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Le 5e numéro de Philo & Cie, qui est paru le 18 juin 2013, est consacré à la question de l’excès, considéré comme une passion liée à la modernité.

 

Voici un extrait de l’éditorial de Giovanni Calabrese en ouverture de ce numéro :

 

«Pas un jour ne se passe sans qu’on entende parler de quelque excès. De boisson, de nourriture, de drogues, de force, de vitesse, de pouvoir, de richesse, de déchets. On ne dira pas excès de pauvreté parce qu’il y a dans l’idée d’excès quelque chose de volontaire et de conquérant. Pour la même raison, on pourrait penser qu’on a tort de parler d’excès de bêtise, en ce que celle-ci ne serait ni l’un ni l’autre. Mais on se tromperait : la bêtise comporte un mouvement d’accord, de consentement, et même une forte dose d’ambition : dans Le dîner de cons, par exemple, on voit très bien que la bêtise du personnage réside dans le fait même de vouloir prendre les devants avec un enthousiasme enflammé qu’il espère contagieux. Naturellement, cela ne réussit pas, ce qui ne décourage pas notre héros. Notre époque non plus, qui, malgré les ratés, se précipite à corps perdu vers le futur et qui, dans ce sens, connaît les excès peut-être mieux que n’importe quelle autre. Dans les termes de Jean-Jacques Pelletier, nous sommes dans une époque « de l’extrême » aux innombrables « pratiques ordinaires de l’excès ». À son avis, on peut même la dater d’une cinquantaine d’années, ce qui lui donne l’âge de la postmodernité, ou de l’hypermodernité, de la société technoscientifique, celle de l’individualisme effréné et paradoxalement des masses consensuelles, de la fin des grands récits, de la perte des repères, autrement dit de la mesure.

Mais tout cela a une préhistoire et une histoire sans doute plus longues et plus complexes, que plusieurs des contributeurs à ce numéro évoquent dans leur texte : mouvement civilisationnel de la rationalisation, logique de la science, affranchissement de l’individu et de ses sentiments… C’est le monde moderne dans son ensemble qui est en quelque sorte placé sous le signe de l’excès, en ce qu’il est tout entier orienté vers l’avenir — progrès ou perfectibilité — pour la réalisation duquel nous devons à chaque pas dépasser les limites. Ce faisant, la notion perd la fonction normative qu’elle avait dans l’Antiquité.»

(Lire la suite de cet éditorial)

 

 

Honneur aux diplômés du programme Histoire et civilisation

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 2, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Le 20 mai dernier, le directeur général du cégep, monsieur Raymond-Robert Tremblay, a assisté à plusieurs présentations de travaux de synthèse des finissants du programme d’études Histoire et civilisation. Abordant des sujets aussi divers que les évènements de mai 68, en France, le discours de Jacques Parizeau à l’issue du référendum de 1995, le Duplessisme, l’anarchisme en Espagne, etc. Les étudiants ont fait preuve de dynamisme dans leur présentation et de rigueur intellectuelle dans leur texte. Afin de les féliciter de leur excellente prestation, le directeur général leur a remis des plumes commémoratives à l’effigie du cégep.

Dans son discours, il a souligné la qualité de ce programme, et la curiosité et l’intelligence dont les étudiants savent faire preuve. Il a insisté sur l’importance de la réflexion dans l’action et le plaisir de la recherche intellectuelle. Ironisant sur « l’inutilité » des disciplines humanistes classiques comme l’histoire, la philosophie et l’anthropologie, il en a profité pour féliciter les enseignants pour la qualité de la recherche et l’inventivité des travaux qu’ils ont encadrés. Enfin, il a encouragé les jeunes diplômés à poursuivre leur quête et à valoriser la vie intellectuelle propre aux disciplines érudites qui les intéressent.

 

etudiants HC 20013
Stéphanie Beaupied (professeure d’histoire), Alexis Gravel, Raphaël Desjardins-Perron, Aurélie Cinq-Mars, Raymond-Robert Tremblay, Directeur général, Marilyne Lethiecq, Eveline Le Rouzes-Ménard, Alexandra Métail, Patrice Létourneau (professeur et coordonnateur du Département de philosophie) et Claudia Verreault.

Honneur aux diplômés du programme Histoire et civilisation

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

[NDLR : article originaire de La Dépêche]

 

Le 20 mai dernier, le directeur général du cégep, monsieur Raymond-Robert Tremblay, a assisté à plusieurs présentations de travaux de synthèse des finissants du programme d’études Histoire et civilisation. Abordant des sujets aussi divers que les évènements de mai 68, en France, le discours de Jacques Parizeau à l’issue du référendum de 1995, le Duplessisme, etc. Les étudiants ont fait preuve de dynamisme dans leur présentation et de rigueur intellectuelle dans leur texte. Afin de les féliciter de leur excellente prestation, le directeur général leur a remis des plumes commémoratives à l’effigie du cégep.

Dans son discours, il a souligné la qualité de ce programme, et la curiosité et l’intelligence dont les étudiants savent faire preuve. Il a insisté sur l’importance de la réflexion dans l’action et le plaisir de la recherche intellectuelle. Ironisant sur « l’inutilité » des disciplines humanistes classiques comme l’histoire, la philosophie et l’anthropologie, il en a profité pour féliciter les enseignants pour la qualité de la recherche et l’inventivité des travaux qu’ils ont encadrés.  Enfin, il a encouragé les jeunes diplômés à poursuivre leur quête et à valoriser la vie intellectuelle propre aux  disciplines érudites qui les intéressent.

 

etudiant_histoire
De gauche à droite : Stéphanie Beaupied (professeure d’histoire), Alexis Gravel, Raphaël Desjardins-Perron, Aurélie Cinq-Mars, Raymond-Robert Tremblay (Directeur général), Marilyne Lethiecq, Eveline Le Rouzes-Ménard, Alexandra Métail, Patrice Létourneau (professeur de philosophie) et Claudia Verreault.