Pointe-du-Lac

Moulin seigneurial

23 mai 2014

Monsieur le coordonnateur Patrice Létourneau,

Chers collègues actuels et anciens,

Chers invités et amis,

Mes très chers enfants Caroline et Christian.

 

Aujourd`hui me voici rendu au terme d`un long et merveilleux périple qui a duré 37 ans comme enseignant de philosophie au Cégep de Trois-Rivières, ma ville natale. Aussi, c`est avec une vive émotion que je m`adresse à vous en ce jour.

En premier lieu, je voudrais offrir mes remerciements à ces milliers d`étudiants et étudiantes auxquels j`ai enseigné de 1977 à aujourd`hui. Grâce à eux, j`ai pu me réaliser comme enseignant et éducateur au service de la jeunesse d`ici comme le fut jadis mon défunt père, lui-même enseignant pendant 42 ans, de qui j`ai beaucoup reçu et qui a été mon premier maître de pédagogie. Quel plaisir de me retrouver en classe parmi ces jeunes en quête d`identité et de les faire voyager au pays des philosophes ! À cet égard, ce travail de professeur, toujours en évolution, comportait bien des exigences mais néanmoins, il m`a permis de connaître des instants de vie irremplaçables en classe avec tous ces collégiens et collégiennes. Qu`ils en soient ici remerciés !

Au cours de ma carrière, j`ai dû comme plusieurs confrères, préparer un grand nombre de cours, relever plusieurs défis, adapter mes méthodes et stratégies pédagogiques, faire preuve d`ouverture d`esprit et de tolérance, participer à la vie départementale à travers divers comités; ce qui, dans ce dernier cas m`a permis d`échanger avec plusieurs collègues tout en bénéficiant de leurs connaissances et expériences. Qu`ils en soient ici remerciés !

En second lieu, je veux maintenant témoigner de ma gratitude envers tous les collègues côtoyés au fil des ans. D`abord, par devoir de mémoire, je pense à certains membres de notre département aujourd`hui décédés avec qui j`ai eu à maintes occasions le plaisir d`échanger et de fréquenter.

Mon collègue Denis Gouin, ami fidèle et confident discret, décédé trop jeune à l`âge de 33 ans, le 21 janvier 1989, terrassé par un mal incurable. En sa compagnie, j`ai visité, entre autres, le Salon du livre de Montréal, le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, les librairies d`occasion à Sherbrooke, la bibliothèque du Congrès à Washington. Son humeur joviale, son dévouement constant, sa grande disponibilité, sa droiture morale lui avaient acquis, malgré son jeune âge, le respect et la sympathie de ses étudiants et de ses collègues. Affable envers tous, il sut demeurer courtois là même où d`autres auraient cédé.  Extraordinairement actif, Denis savait mener à bien ce qu`il entreprenait, le tout porté par l`altruisme.

Mon collègue Alain Ouellet, décédé accidentellement à Drummondville, à l`âge de 47 ans avec son épouse Jeanne D`Arc, le 27 août 1993. À mes yeux, Alain représentait le type même du philosophe au sens ancien du terme par sa placidité naturelle. En assemblée départementale, il parlait rarement mais le cas échéant, son propos juste et réfléchi commandait le respect.

Mon collègue Gilles Darsigny, décédé à l`âge de 62 ans, le 28 mars 2009. Gilles a subi de dures épreuves au cours de sa vie mais il a toujours fait preuve de courage. Jamais, il ne se plaignait, gardant le sourire, grillant sa cigarette tout en vous adressant la parole avec sa voix rauque. Bon vivant et toujours heureux de rencontrer ses collègues au Bar-Resto Café Cognac, sorte de Café de Flore trifluvien. Il nous manque toujours…

Mon collègue Jean-Claude Leclair, décédé à l`âge de 72 ans, le 10 février 2013. Jean-Claude fut d`abord mon professeur de philosophie au Cégep de Trois-Rivières à la session Hiver 1972 pour le cours « Histoire de la philosophie moderne » où je lui avais remis un travail de session sur la notion de déduction transcendantale chez Kant, devoir scolaire qu`il avait accepté sourire en coin. Par après, c`est le collègue que j`allais découvrir et apprécier tant pour son rire contagieux, son esprit taquin que pour son franc-parler.

Puisse ces quelques mots, rappeler leur mémoire et rendre hommage à ces mêmes disparus !

Permettez-moi maintenant d`offrir des remerciements plus particuliers à des collègues que j`ai côtoyés au fil du temps.

D`abord, mon collègue Donat Gagnon, avec qui je partageais depuis longtemps une affinité pour la métaphysique. En sa présence, j`ai pu me familiariser avec la doctrine de l`ésotérisme dont il se faisait une spécialité. Par son intermédiaire, j`ai pu découvrir, l`œuvre de René Guénon, philosophe français et fin connaisseur des principaux textes mystiques hindous, taoïstes et musulmans. Moins familier avec cette approche, cette incursion m`a néanmoins permis d`examiner quelques textes fondamentaux de ces divers penseurs; conséquemment, cela m`a servi à découvrir d`autres formes de sagesse et à vivre, en pensée, une expérience de déracinement. Pour ma part, cela représenta donc un dépaysement assuré et me donna quelques pistes pour saisir les différences entre l`Orient et l`Occident. Donat, orientaliste très informé, fut en ce sens un « guide » apprécié pour ses commentaires et ses suggestions de lecture.

Mon collègue Guy Béliveau avec lequel j`ai eu maintes discussions sur la santé morale de l`Occident au cours du 20e siècle. Guy est un bourreau de travail, un boulimique de journaux qui n`hésitait pas à se rendre régulièrement à Montréal le samedi matin pour se procurer quotidiens et périodiques internationaux. C`est un homme au tempérament passionné et un humaniste convaincu. Ceux qui ont eu l`opportunité de discourir avec lui connaissent la rigueur de sa pensée. Homme d`une vaste culture, grand amateur d`opéra, il est également le professeur le plus hellénisant de notre département. En ce sens, grâce à son concours, j`ai découvert l`œuvre considérable du philosophe français Pierre Hadot. Souhaitant, à la retraite, m`avait-il déjà affirmé, enseigner bénévolement le latin à ceux que les études anciennes intéressent, il s`est employé au cours de la dernière année scolaire à mettre bénévolement ses connaissances au service de jeunes collègues du département de philosophie. Je salue ici la noblesse de son geste.

Mon collègue Robert Drolet, bibliophile averti qui m`a fait découvrir les librairies de livres anciens de la ville de Québec. Quel plaisir nous avions à écumer ces lieux à la recherche de livres rares ou épuisés et à dégoter un bouquin manquant que nous cherchions depuis longtemps. Robert se faisait un devoir de me téléphoner régulièrement pour m`entretenir de ses derniers achats de livres. Avec sa verve intarissable, il me parlait de ses lectures avec moult détails. Comme nos entretiens téléphoniques duraient rarement en bas d`une heure, j`avais à chaque fois l`impression d`assister à une émission littéraire. Plus encore, j`ai toujours été étonné de l`entendre parler avec fougue d`atlas de tout type dont il est un grand amateur, sans compter sa très grande connaissance du cinéma américain. Robert, tu fus, à mes yeux, un compagnon de route très apprécié.

Mon collègue Yves Bastarache, avec qui je partageais et pratiquais à la moindre occasion le sens de l`humour. Ainsi, à chacune de mes interpellations, Yves me répondait du tac au tac à chaque fois. Quel plaisir subtil, j`ai eu en sa compagnie à jouer avec les mots où nous prenions souvent l`Histoire à témoin. D`ailleurs, c`est l`écrivain français André Breton, citant Sigmund Freud, qui mentionnait que l`humour a non seulement quelque chose de libérateur… mais encore quelque chose de sublime et d`élevé. Latiniste passionné, titre qu`il partage avec mon collègue retraité Clément Loranger, Yves m`a toujours impressionné par sa vaste connaissance de la civilisation romaine. En cela, tenir conversation avec Yves, c`est en quelque sorte faire un pèlerinage aux sources de notre culture. Je profite pareillement de la présente occasion pour féliciter Yves pour la création, en 2004, du site Web départemental Philo TR. C`est lui qui, à l`époque, m`a recruté pour faire partie des artisans de la première heure. Bravo Yves pour cette initiative et merci pour m`avoir fait confiance et donner carte blanche dans cette aventure.

Finalement, mon collègue Patrice Létourneau, dont l`étonnante célérité n`a d`égal que sa gentillesse. À maintes reprises, Patrice m`a fait bénéficier tout autant de sa culture informatique que de sa grande connaissance du Web. Il m`a aidé bien souvent à résoudre des problèmes informatiques que j`avais du mal à comprendre mais qui étaient vite résolus avec son aimable concours. Combien de fois, au local de la coordination, j`ai vu Patrice mettre son repas de côté pour répondre à mes questions ou prendre le temps, sur le champ, de m`expliquer les fonctionnalités du système de gestion de contenu WordPress. Actuellement, c`est Patrice Létourneau qui assume avec brio la direction de Philo TR. Qu`il trouve en ces lignes, la preuve de mon amitié.

À ces mêmes collègues, je suis heureux de vous avoir connu et je vous dis également merci.

En troisième lieu, je dois aussi dire qu`appartenir au département de philosophie a eu ses avantages. En effet, à entendre et à converser avec des collègues originaires de pays étrangers, j`ai pu voyager à peu de frais sans avoir à me déplacer. Je m`explique. Avec Jean-Marie Debays, c`est la France que j`ai découvert. Avec Alfred Rebello, c`est l`Inde qui est venue à moi. Avec Vinh-De Nguyen, c`est le Vietnam dont j`ai entendu parler. Avec Denis Kosseim, c`est l`Égypte qui m`est apparue. Grâce à leur histoire, leur culture et leur personnalité, j`ai pu élargir mes horizons et mieux saisir les différences culturelles. Qu`ils en soient ici  tout autant remerciés !

En quatrième lieu, je voudrais signifier mon appréciation pour le travail accompli avec générosité par les coordonnateurs compétents qui ont été à la tête de notre département durant les années passées. Je pense en cela à Serge Thibault, Marcel Gibeault, Yves Bastarache et Patrice Létourneau. Chacun à leur façon, ils ont contribué à faire de notre département ce qu`il est aujourd`hui. Le dénominateur commun entre ces personnes, c`est assurément leur inlassable dévouement. Ils nous ont tous bien représentés en portant nos doléances à travers différentes instances du Collège. Indéniablement, il faut posséder des qualités particulières pour assumer la direction d`un corps professoral comme le nôtre avec ses intérêts multiples et ses personnalités variées. Qu`ils soient ici remerciés et surtout applaudis !

En cinquième lieu,  à mes collègues déjà retraités, je veux également leur exprimer à nouveau mon appréciation. Successivement, à Sœur Marcelle Boutet pour son amabilité et sa discrétion, à Gilles Chapdelaine pour la franchise de ses interventions, à Serge Thibault pour son esprit et ses qualités d`initiative, à Luc Gagnon pour son esprit souvent absorbé par quelques idées, à Jean-Marie Debays pour sa passion à débattre, à Alfred Rebello pour le réalisme de ses interventions en assemblée départementale lors de dossiers litigieux,  à Clément Chrétien pour sa franchise et son authenticité, à  Donat Gagnon pour la force de ses convictions, à Marcel Gibeault pour son don de soi plutôt rare, à Robert Vincent pour son existentialisme vivifiant, à Yves Roy pour sa probité intellectuelle, à Carole Proulx pour l`équilibre de son jugement, à Guy Béliveau pour son intérêt constant pour les nouvelles technologies de l`information et de la communication (TICE) en rapport avec l`éducation, à André Boyer pour ses indéniables qualités de pédagogue, à Clément Loranger pour sa longue implication syndicale, à Michel Guertin pour son professionnalisme et la qualité de son enseignement, à Luc Ménard pour ses convictions et son engagement politiques, à Roger Toupin pour son calme apaisant et sa simplicité, à Claude Paris pour son rire interrogateur et ses incertitudes manifestées. Sachez tous que je ne vous ai pas oublié malgré le temps qui passe.

Enfin, je remercie tous mes confrères et consoeurs de travail actuels pour leur amitié et leur respect à mon égard. Qu`ils sachent tous que le département de philosophie a représenté en quelque sorte ma « deuxième famille ». Sous ce rapport, il va sans dire que ce n`est pas sans un certain pincement au cœur que je vous quitte aujourd`hui pour entreprendre une autre étape de ma vie. L`accueil plein d`aménité de Patricia Nourry, le rire joyeux et vrai de Natacha Giroux, les « Bonjour Pierre » bien sentis de Léonie Cinq-Mars vont à n`en pas douter me manquer. De plus, je vais perdre l`occasion de parler « sport » avec Dany Roy-Robert, de lire les excellents comptes rendus de notre représentant syndical Jan Michel, d`observer les qualités d`empathie de Jonathan Roy. Au plan de l`engagement social, je pense à Marie Line Neault pour la cause des femmes et à Éric Désilets associé à la question de la solidarité internationale. À cette liste, ajoutons Martin Hould pour son intérêt pour l`actualité pédagogique, Christian Boisclair pour sa  promptitude à soulever une discussion, Louis Tétrault pour sa courtoisie naturelle, Jean-François Saint-Onge pour l`intérêt qu`il porte aux pratiques pédagogiques de ses collègues, Philippa Dott pour sa connaissance approfondie de Léon Tolstoï, Véronique Leduc pour le plaisir complice à converser avec son nouveau partenaire de bureau.  Je m`en voudrais d`oublier la contribution d`Yvon Corbeil, la conscience incarnée de notre groupe de philosophes. Sa lucidité, son esprit caustique mais aussi son entregent font de lui un être de grande valeur. En somme, j`ai beaucoup appris de vous tous et je vous en suis redevable car cela m`a rendu meilleur. Certes, il y aurait encore beaucoup à dire en matière de remerciements, mais je crois avoir souligné l`essentiel.

Parce qu`il faudra bien un jour écrire l`histoire de notre département, qui du reste aura cinquante ans d`existence, le 10 septembre 2018, je m`en voudrais de passer sous silence le dynamisme qui l`a toujours caractérisé. À titre d`exemple, on a qu`à parcourir la page d`accueil du site Philo TR pour s`en convaincre tellement les activités sont nombreuses et variées. À ce chapitre, je vous invite à lire l`article intitulé « Les 10 ans de Philo TR » que le Comité de Philo TR a mis en ligne récemment. Ce n`est là qu`un aspect de la vitalité de tous les membres qui y ont œuvré au cours des dernières décennies.

Comme enseignant de philosophie, j`ai eu l`immense privilège de jouir d`une liberté académique, indispensable oxygène pour l`esprit et la créativité dont j`ai toujours été conscient. J`ose croire que j`en ai fait bon usage. Durant mon passage au Cégep de Trois-Rivières, comme beaucoup d`autres, j`ai voulu mettre mon savoir au service de ces milliers d`étudiants et étudiantes qu`on m`a  confiés. Je me suis donc employé, du mieux possible, à les aider à acquérir des connaissances, à développer leur pensée, à rechercher le sens de l`existence, à s`intéresser et à questionner les valeurs véhiculées dans la société actuelle. En cela, j`espère avoir contribué, même modestement, par le biais de ma discipline au développement de l`être humain et de la société. Tant mieux si j`ai pu les guider dans leur apprentissage, le temps d`une session scolaire. Tels furent mes objectifs au cours de ces années. J`ai aimé ce travail plus que tout, veuillez m`en croire. Il m`a apporté un sentiment de satisfaction indescriptible que j`aurai plaisir à me remémorer à partir de demain.

Avant que cette rencontre s`achève, je veux remercier Patrice Létourneau et les membres du Comité des Loisirs du département : Léonie Cinq-Mars, Éric Désilets, Jan Michel et Jonathan Roy pour avoir travaillé à l`organisation de cette magnifique soirée dans ce lieu patrimonial. Je veux également remercier chaleureusement, ceux qui ce soir, m`ont rendu hommage à l`occasion de mon départ à la retraite; leurs mots m`ont profondément touché et resteront gravés dans ma mémoire pour longtemps.  Qu`ils en soient eux aussi remerciés ! Qui plus est, merci mille fois pour vos cadeaux-souvenirs, signes de votre amitié. Je les emporte précieusement avec moi, modeste façon de vous exprimer ma reconnaissance.

À la veille de ma retraite, le 7 juin prochain, je quitte cette profession sans amertume, avec un brin de nostalgie, je vous l`avoue, mais surtout avec le sentiment du devoir accompli. J`ai donc passé, en votre compagnie, de très belles années dans cette institution dont je garderai un excellent souvenir. Sachez, en définitive, que j`ai tiré une grande fierté à faire partie du département de philosophie du Cégep de Trois-Rivières. À d`autres maintenant d`en assurer la pérennité.

En terminant, à tous mes collègues de l`année académique 2013-2014, je vous souhaite de bonnes vacances et spécialement à mes jeunes collègues du département, une très belle carrière, je pense en cela à Martin Hould, Christian Boisclair, Louis Tétrault, Léonie Cinq-Mars, Jean-François Saint-Onge, Philippa Dott et Véronique Leduc. Franc succès dans vos carrières respectives.

Encore merci pour votre présence et bonne fin de soirée à chacun d`entre-vous.

Pierre Lemay

Enseignant