Pierre Lemay

Pierre Lemay a enseigné la philosophie au Cégep de Trois-Rivières de 1977 à 2014, année de sa retraite. Il a été adjoint au coordonnateur du Département de Philosophie du Cégep de Trois-Rivières en 1980-81. Il est membre-fondateur de la Société de Philosophie du Québec (SPQ) en 1974. Il fut également archiviste-adjoint de la SPQ en 1981 et 1982 et membre du Comité de rédaction du Bulletin de la SPQ de 1981 à 1984. Il est aussi membre-fondateur de la Société de Philosophie des régions au coeur du Québec en 2017. De plus, il est membre de l`Institut d`histoire de l`Amérique française depuis 1993 et membre de la Corporation du Salon du livre de Trois-Rivières depuis 2015. Il collabore à PhiloTR depuis sa création en 2004.

Le 29 juin 2013 est décédé le philosophe et essayiste québécois Roland Houde à l`âge de 86 ans. Il fut un pionnier des études québécoises en philosophie. Il a enseigné la philosophie dans plusieurs universités américaines. Il a également effectué des recherches méta-bibliographiques dans de grands centres bibliographiques de Belgique, de France, d’Allemagne et d’Angleterre. Il a publié de nombreux essais et collaboré aux revues suivantes : Critère, Dialogue, Relations, Meta, Philosophiques, Phi Zéro. Il a consacré beaucoup de son temps à l`enseignement et à l`encadrement des étudiants. Il a aussi dirigé de nombreuses thèses et participé à plusieurs sociétés savantes.

Né à Shawinigan en 1926, il est d`abord élève à l`École supérieure Immaculée-Conception de Shawinigan, en Mauricie. De 1940 à 1946, il fait ses études classiques au Collège de Joliette, dans la région de Lanaudière, dirigé alors par les Clercs de Saint-Viateur. En 1948, il obtient un Baccalauréat en philosophie de l`Université de Montréal. En 1949, boursier du Gouvernement du Québec, il poursuit ses études à The Catholic University of America, à Washington, où il obtient une Licence en philosophie avec spécialisation en philosophie sociale et histoire moderne. Puis, il devient stagiaire, avec le statut de « graduate assistant » au département de philosophie de Marquette University, à Milwaukee (Wisconsin) où il acquiert 24 crédits en éducation. De 1950 à 1959, il occupe successivement les postes d`« instructor » (1950-53), d`« assistant professor » (1953-56) et d`« associate professor » (1956-59) au département de philosophie de Villanova University, située à Radnor Township en banlieue de Philadelphie (Pennsylvanie). En 1954, il publie avec Jerome J. Fischer, chez William C. Brown Compagny (Dubuque, Iowa), deux volumes : Handbook of Logic et Workbook of Logic. En 1956, il obtient son Doctorat en philosophie de l`Université de Montréal avec une thèse intitulée « On the Methodology of the Syllogism, a comparative Essay ». De 1957 à 1963, il signe des comptes rendus et des articles dans la revue de l`American Catholic Philosophical Association (ACPA), The New Scholasticism. En 1958, il collabore à la Bibliographie de la philosophie de l`Institut international de philosophie. La même année, il publie Readings in Logic, chez William C. Brown Co (Dubuque, Iowa). En 1958-59, il entreprend des études postdoctorales en philosophie grecque à l`Université de Pennsylvanie. C`est là qu`il assiste au cours sur Plotin et le platonisme donné par le jésuite belge Paul Henry, auteur de l`édition critique de Plotin. De 1959 à 1963, il enseigne à Saint-John`s University, à New York, l`une des plus grandes universités catholiques des États-Unis; il y occupe le poste d`« associate professor » au Graduate School of Philosophy. De 1959 à 1964, il est « associate editor » de la revue The New Scholasticism, poste spécialisé dans les comptes rendus de livres étrangers.

En 1960, il publie, avec J.P. Mullally, Philosophy of Knowledge : Selected Readings chez J.B. Lippincott Compagny (Chicago-New York). Au début des années 60, il collabore à la New Catholic Encyclopedia, où il signe les articles intitulés « Deduction » et « Induction ». De 1960 à 1964, il est président du comité de publication de l`American Catholic Philosophical Association (ACPA). En novembre 1961, il rencontre le philosophe français Jacques Maritain (1882-1973) à la maison de ce dernier à Princeton (New Jersey). En 1962, il fonde la William C. Brown Reprint Library, où il réédite, entre 1962 et 1969, une cinquantaine de volumes académiques rares. De 1963 à 1977, il enseigne à la Faculté de philosophie de l`Université de Montréal. Il y occupe aussi les postes de bibliothécaire (1964), de vice-président du Conseil de faculté (1966-67), de secrétaire (1967-71) et d`agent de liaison pour la recherche (1973). En 1963, il adhère à l`Association canadienne de philosophie. La même année, il s`associe au philosophe français Pierre Hadot (1922-2010), spécialiste de la philosophie antique, pour travailler au rassemblement des principaux traités de logique écrits en latin (Antiquité et début du Moyen Age) ainsi qu`à la rédaction d`un lexique de la logique latine. En 1964, il est boursier du Conseil des arts du Canada; il devient également membre de la Société canadienne d`histoire et de philosophie des sciences. La même année, il publie un essai, avec J.P. Mullally, Tractatus Syncategorematum, chez Marquette University Press (Milwaukee). En 1964 toujours, il est trésorier du comité exécutif, que préside le philosophe français Étienne Gilson (1884-1978) du 4e Congrès international de philosophie médiévale qui a lieu du 27 août au 2 septembre 1967, à l`Université de Montréal. De 1966 à 1970, il est trésorier national de l`Association canadienne de philosophie (ACP). En 1967, il préside le Comité de sélection des communications dans le domaine de la logique pour le 8e Congrès interaméricain de philosophie. En 1969, il participe, à Royaumont (Val-d`Oise), au Colloque international du C.N.R.S. sur le néoplatonisme.

En 1970, il prend part au Congrès international de Rome sur « Plotin et le Néoplatonisme en Orient et en Occident ». En 1974, il est membre fondateur de la Société de philosophie du Québec. En 1977, il quitte l`Université de Montréal pour poursuivre son enseignement à titre de professeur invité à l`Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), où il assume, de 1980 à 1985, la direction du Module de philosophie. La même année, il devient membre du conseil du Cercle Gabriel-Marcel, fondée à Trois-Rivières, le 26 septembre 1976. De 1977 à 1980, il est membre élu du conseil exécutif de l`American Catholic Philosophical Association (ACPA). En 1978, il devient membre de la Société canadienne d`histoire et de philosophie des sciences. De 1978 à 1980, il est membre du comité de lecture de la revue Études québécoises. En 1979, il publie un essai Histoire et philosophie au Québec : Anarchéologie du savoir historique aux Éditions du Bien Public (Trois-Rivières).

Le 2 janvier 1980, la télévision de Radio-Canada diffuse une émission d`une heure « Femme d`aujourd`hui » sur Roland Houde, philosophe, réalisée au Lac Chat, à l`automne 1979, par Lucille Paradis. En septembre 1980, il est interviewé à Radio-Québec dans le cadre de l`émission « À juste titre » qui porte sur les bibliothèques et le livre en Mauricie. La même année, il publie Blanchot et Lautréamont : essai de science-friction, aux Éditions du Bien Public (Trois-Rivières). En 1980 toujours, il est membre fondateur de la Société de philosophie de la Mauricie et des Bois-Francs. En mars 1984, il présente un mémoire intitulé « Projet philosophique dans une formation fondamentale » lors des audiences tenues par un comité ad hoc du Conseil supérieur de l`éducation. Le 30 juin 1988, sa contribution exceptionnelle aux travaux de la Commission des études à l’UQTR et son « souci constant à l’égard de la formation générale et du développement du programme d’études de qualité » seront reconnus et soulignés lors de la 268e réunion (extraordinaire) de la commission. En 1988, il prend part, à Tunis, aux activités du premier Colloque tuniso-français de bibliologie. Il est cofondateur des Éditions Ex Libris destinées à la publication d’études et d’instruments de travail. Réputé bibliophile, il a pratiqué le commerce érudit du livre tout au long de sa carrière, et s’y est consacré quelques années, après qu’il eut pris sa retraite de l’enseignement.

Le défunt est exposé au Salon Funéraire Oscar St-Ours, à Shawinigan. Une liturgie de la Parole sera célébrée le samedi 6 juillet 2013 à 14h00. L`inhumation des cendres aura lieu à une date ultérieure. À sa famille, nous offrons nos plus sincères condoléances.

Comments

  1. Merci pour ce très intéressant article Pierre !

    Au fil du temps, tes articles sur PhiloTR sont en train de constituer un éclairage des plus précieux sur la constitution de la vie philosophique en sol québécois – et de son rayonnement qui va bien au-delà du terreau québécois !

    Merci de partager aussi généreusement ton savoir, ta mémoire et tes talents d’archiviste Pierre.

    Patrice

  2. Vers 1975, Roland Houde a publié un texte retentissant qui s’intitulait  »Je m’édite, donc je suis », dans lequel il dénonçait la course aux publications et reconnaissances qui caractérisent assez largement le milieu universitaire et cela au détriment de l’implication des profs dans la vie de leur département et auprès de leurs élèves, phénomène qui n’est certainement pas en baisse vu la quantité de chargés de cours qui peuplent nos universités. Dans les mêmes années, il a publié un intéressant petit livre sur l’histoire de la philosophie au Québec. Merci à vous de saluer sa contribution!

    1. Je vous remercie monsieur Mongeau pour l`information contenue dans votre commentaire. La rubrique « Décès » vise à rappeler la vie et l`oeuvre de philosophes, d`intellectuels, d`écrivains, d`enseignants, d`ici et d`ailleurs, qui tant par leur pensée, leurs écrits, leur travail ont influencé notre société. Tant mieux si ces repères biographiques peuvent instruire ! Pour ma part, c`est un « devoir de mémoire ».

Comments are closed.