Le 24 mars 2014 est décédé à Marseille à l`âge de 73 ans des suites d`une pneumonie foudroyante, le philosophe français Jean-François Mattei. Il était un grand spécialiste de la philosophie grecque et de la philosophie politique. Ancien élève du philosophe français Pierre Aubenque, commentateur d`Aristote et de Pierre Boutang (1916-1998) philosophe et journaliste français, il est l`auteur d`une œuvre importante, tant en philosophie politique et morale que sur les grandes questions contemporaines. C`était un homme d`une immense culture et un intellectuel engagé dans la défense des plus hautes valeurs de l`humanisme européen dont il s`inquiétait du déclin.

 

Il fut également un fidèle contributeur du mensuel Philosophie magazine (qu`il s`agisse de raconter le voyage de Platon à Syracuse ou de s`interroger sur l`augmentation des inégalités) ainsi qu`un collaborateur régulier du quotidien français Le Figaro.  Il a été l`invité de deux émissions sur Canal Académie, une webradio liée à l`Institut de France. Dans les années 1980 et 1990, il fut co-auteur et co-directeur aux PUF de l`Encyclopédie Philosophique Universelle (vol. III : Les Œuvres philosophiques (2 tomes, 1992) et vol. IV : Le Discours philosophique, 1998). Il est également l`éditeur du volume des Actes du Congrès international de Nice, La naissance de la raison en Grèce (PUF, 1990). Il a également dirigé la collection « Thémis-Philosophie » aux PUF à partir de 1995, dirigé depuis 2003, Noesis, revue de philosophie publiée (chez Vrin) par le Centre de Recherche en Histoire des idées, laboratoire de philosophie de l`Université de Nice- Sophia Antipolis, ainsi que la collection « Chemins de pensée » aux Éditions Ovadia depuis 2006. Il était également membre du comité de parrainage du mensuel Politique Magazine, consacré à l`actualité politique, économique et culturelle; il était également membre du conseil scientifique de la revue Liberté scientifique.

 

Il laisse derrière lui plusieurs essais, traitant de penseurs antiques (Pythagore, Platon) ou encore de figures littéraires (Heidegger, Camus). Il était l`auteur ou le co-auteur de quelques 25 ouvrages et donnait régulièrement des chroniques à des journaux, considérant que le philosophe peut et doit éclairer les débats de société. Il fut également administrateur du Comité France de l`Institut Thomas-More, club de réflexion européen et indépendant fondé en 2004 et basé à Bruxelles et à Paris. Jean-François Mattei était également un passionné de jazz, un excellent pianiste et un fin connaisseur du cinéma hollywoodien.

 

 

Repères biographiques
 

 

Il naît le 9 mars 1941 à Oran, en Algérie française. Il fait des études classiques au Lycée Lamoricière à Oran en Algérie (aujourd`hui Lycée Pasteur) jusqu`à l`hypokhâgne. C`est là qu`il s`éveille à la philosophie avec Yves Vié-le-Sage, mais surtout, en Lettres Classiques, grâce à Jean Cohen. En 1962, comme la majorité de ses compatriotes pieds-noirs, issu d`une famille française d`Algérie, il quitte définitivement ce même pays au moment de l`indépendance. En 1965, il est diplômé de sciences politiques à l`Institut d`études politiques d`Aix-en-Provence (IEP) où il obtient le Prix Marcel Reybaud, décerné à la meilleure licence de philosophie. En 1967, il soutient sa thèse d`État, L`étranger et le simulacre : essai sur la fondation de l`ontologie platonicienne, sous la direction de Pierre Aubenque, à l`Université Paris IV-Sorbonne; elle sera publiée aux PUF en 1983.

 

De 1968 à 1980, il est professeur agrégé au Lycée Fermat de Toulouse et au Lycée Thiers de Marseille. En 1973, il est chargé de cours à l`Institut d`études politiques d`Aix-en-Provence. En 1979, il est Docteur d`État ès lettres. En octobre 1980, il est professeur à l`Université de Nice-Sophia Antipolis. De 1984 à 1988, il dirige le département de philosophie de cette même institution. Depuis 1985, il est membre du Comité scientifique de la revue Les Études philosophiques.  En 1991, il est professeur invité à l`Université de Marmara, à Istanbul en Turquie. De 1992 à 1995, de 1995 à 1998 et de 2003 à 2006, il est vice-président du Conseil national des Universités (XVIIe section). En 1993-1994, il est conseiller auprès de François Bayrou, alors Ministre de l`Éducation Nationale. De 1994 à 1998, il est membre du Conseil Supérieur Régional de la Recherche et de la Valorisation de la région Provence-Alpes-Côte d`Azur. De 1994 à 1998 et de 2002 à 2007, il est membre du groupement social de la mission scientifique et technique et d`experts en sciences humaines du Ministère de l`Enseignement supérieur. En 1995, il dirige le diplôme d`études approfondies (DEA) de la formation doctorale « Philosophie et Histoire des idées ». En 1996, il est élu membre de l`Institut universitaire de France, puis renouvelé en 2001 jusqu`en 2007. Depuis 1996, il est vice-président de l`Académie Interdisciplinaire des Sciences de Paris. En 1997, il est Président de la Commission de spécialistes en philosophie au sein de l`Université de Nice. Au premier trimestre de la même année, comme professeur associé, il donne un cours dans le cadre d`un séminaire de doctorat à la Faculté de philosophie de l`Université Laval, à Québec, qui donnera naissance à l`un de ses beaux livres, Heidegger et Höderlin. Le Quadriparti (PUF, « Épiméthée » 2001). Depuis 1997, il est membre du Comité de rédaction de la revue Laval Théologique et Philosophique, publiée par l`Université Laval. De 1998 à 2001, il est membre du Conseil national pour un Nouveau Développement des Sciences Humaines et Sociales. De 1998 à 2006, il est responsable en philosophie et en sciences humaines du Comité Français d`Évaluation de la Coopération Universitaire avec le Brésil (COFECUB). En 1999, il publie La barbarie intérieure : Essai sur l`immonde moderne (PUF, 3e éd. augmentée, 2002), où il dénonce le monstrueux égalitarisme qui aplatit tout et qui nous prive du sens de l`excellence sans lequel rien de grand ne peut naître ni s`imposer. En 2001, ce même ouvrage reçoit le Prix du Cardinal Mercier de l`Institut supérieur de philosophie (UCL) de l`Université de Louvain (Belgique). Ce prix est destiné à récompenser des travaux ayant trait à la métaphysique, à la philosophie thomiste dans ses rapports avec le monde contemporain, et subsidiairement à la théologie.

 

De 2000 à 2006, il est membre du Comité d`Éthique du Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD). En 2003, il est professeur associé à l`Université Laval, à Québec. Depuis septembre 2003, il est membre du Comité de rédaction de la revue Cités, publiée aux PUF. En 2004, il est élevé au grade de Chevalier de la Légion d`honneur (promotion de Pâques). La même année, il dirige le master « Philosophie ». En 2005, il publie De l`indignation (Éditions de la Table Ronde). En 2005 toujours, il publie Platon (PUF, QSJ ?, no. 880, 3e éd., 2010). En 2005 également, il contribue à l`ouvrage dirigé par Bruno Pinchard, Heidegger et la question de l`humanisme (PUF, « Thémis »).

 

En 2007, il prend sa retraite en tant que professeur émérite de l`Université de Nice-Sophia Antipolis, mais reste actif au sein du Centre de Recherche en Histoire des Idées. En 2007 également, il publie Le regard vide. Essai sur l`épuisement de la culture européenne (Flammarion), où il dénonce le renoncement des Européens, au nom de l`esprit critique et de la pénitence pour les crimes du passé, à assumer leur identité : celle qui, de Platon au philosophe tchèque Jan Patocka (1907-1977), avait fait du regard théorique et du « soin de l`âme » sa grande aspiration. Mentionnons que ce même ouvrage a été finaliste du premier prix de l`essai décerné par La Revue des deux mondes, le 14 mai 2008 ainsi que finaliste du Grand Prix du Livre européen en 2008. Le regard vide a aussi obtenu en 2008 le prix littéraire Montyon de l`Académie française. Depuis 2007, il est membre nommé de la section « Prospective » du Conseil Économique et Social de la Région Provence-Alpes-Côte d`Azur (PACA). En 2009, il publie Le Sens de la démesure (Éd. Sulliver), dans lequel il pose le paradoxe de l`humanité européenne incarnée depuis le Siècle des Lumières.  En 2011, il publie Le procès de l`Europe (PUF / Presses de l`Université d`Ottawa), où il exalte la culture européenne.

 

En avril 2012, il intervient lors du tour de France organisé par l`Alliance VITA (association du mouvement pro-vie en France) autour du thème de « La tentation de l`euthanasie ». En septembre 2012, à Martigues (Bouches-du-Rhône), il participe aux activités de l`Association des Amis de la Maison du Chemin de Paradis, dans la maison du maître de l`Action française, pour le 60e anniversaire de sa mort. En octobre de la même année, il apporte une riche contribution intitulée « Maurras entre Shakespeare, Baudelaire et Edgar Poe » dans le cadre du Colloque « Maurras 60 ans après », organisé par le Cercle de Flore. En novembre 2012, il publie un essai L`Homme indigné (Cerf), dans lequel il se penche sur le thème du sentiment de révolte, en s`appuyant sur ses réflexions de penseurs comme le romancier russe Fiodor Dostoïevski (1821-1881), le philosophe allemand Friedrich Nietzsche (1844-1900) l`écrivain américain Philip Roth ainsi que le journaliste et essayiste américain Tom Wolfe. En 2013, il préside le colloque international organisé à Nice, les 12 et 13 avril, au Centre universitaire Méditerranéen (CUM), à l`occasion du Centenaire de la naissance d`Albert Camus (1913-1960).  En mai 2013, il prononce une conférence au 7e Festival Philosophia, à Saint-Émilion (Gironde). La même année, il publie La puissance du simulacre. Dans les pas de Platon (François Bourin éd.), ouvrage dans lequel il fait ressortir toute l`actualité du mythe de la caverne de Platon en notre ère de réalités virtuelles. En 2013 aussi, il publie en collaboration avec Israël Nisand, Où va l`humanité ? (Éditions Les liens qui libèrent), ouvrage qui donne un éclairage sur les enjeux éthiques et sociétaux qui ont trait à l`avenir de notre espèce. En novembre 2013, sur le plateau de la chaîne de télévision Arte, il est l`invité de Raphaël Enthoven dans l`émission Philosophie. Le 14 décembre 2013, il participe au Colloque du Cercle Algérianiste, à Marseille, événement du Monde des Rapatriés d`Algérie. Le 18 janvier 2014, il est invité au colloque du Centre Royaliste et d`Action française (CRAF) tenu à Paris; son intervention porte sur la vocation universelle de la France depuis ses origines. En février 2014, il intervient sur la question du transhumanisme lors des sessions de formation de « l`Université de la Vie » de l`Alliance VITA, à Nice. Particulièrement aimé de la communauté Pied-noir et Harki, il a, à ce titre, présidé le jury-concours relatif à l`œuvre commémorative intitulée « La Déchirure », en hommage aux rapatriés d`Afrique du Nord, érigée sur la Promenade des Anglais, face au Centre Universitaire Méditerranéen (CUM), à l`occasion de la commémoration à Nice du Cinquantenaire du Rapatriement, le 30 juin 2012.

 

Il était marié à Anne Jaubert, professeur agrégé d`anglais et père de trois enfants. Une cérémonie religieuse, dirigée par le Père Éric Longuemare, a eu lieu jeudi, le 27 mars à 15h00 en l`église de Saint-Giniez, située au sud de Marseille dans le 8e arrondissement.

 

 

Publications
 

 

Parmi ses autres publications, mentionnons : L`Ordre du monde (PUF, 1989), Pythagore et les Pythagoriciens (PUF, QSJ ?, no. 2732, 4e éd., 2013), Platon ou le miroir du mythe (PUF, « Quadrige », 2002), La Crise du sens (Éd. Cécile Defaut, 2006, réédition 2009), L`Énigme de la pensée (Éd. Ovadia, 2006), Jorge Luis Borges et la philosophie (Éd. Ovadia, coll. « Chemins de pensée », 2010), Edgar Poe. L`homme des foules. Edgar Poe ou le regard vide (Éd. Manucius, 2011), Comprendre Camus (Éd. Max Milo, 2013).

 

Jean-François Mattei a également assuré la direction et la coordination de plusieurs ouvrages. Signalons en cela :

 

Les principes philosophiques du droit politique moderne (PUF, « Thémis », 1997).

Philosophie, éthique et droit de la médecine, avec Dominique Folscheid et Brigitte Feuillet-Le Mintier (PUF, « Thémis Philosophie », 1997).

Albert Camus et la philosophie, avec Anne-Marie Amiot (PUF, « Thémis Philosophie », 1998).

Philosopher en français (PUF, « Quadrige », 2001).

Civilisation et barbarie. Réflexion sur le terrorisme contemporain, avec Denis Rosenfield (PUF, « Intervention philosophique », 2002).

Heidegger. L`énigme de l`être (PUF, « Débats philosophiques », 2004).

Nietzsche et le temps des nihilismes (PUF, « Thémis », 2005).

La république brûle-t-elle ? Essai sur les violences urbaines françaises, avec Raphael Draï (Éd. Michalon, « Essais », 2006).

Albert Camus et la pensée de Midi (Éd. Ovadia, « Chemins de pensée », 2008).

L`identité de l`Europe, avec Chantal Delsol (PUF, « Intervention philosophique », 2010).

Albert Camus. Du refus au consentement (PUF, « Débats philosophiques », 2011).

Philosophie de la chirurgie esthétique. Une chirurgie nommée Désirs, avec le Dr Henry Delmar (Éd. Odile Jacob, 2011).

Dictionnaire de l`ésotérisme (PUF, « Grands dictionnaires », 2013).

 

 

 

Iconographie

 

              J.-F. Mattei, La puissance du simulacre.                                J.-F. Mattei, L`homme indigné

 

               J.-F. Mattei. La Barbarie intérieure                                    J.F.Mattei. Platon