Jean-Claude Guillebaud

La sixième philoconférence: Le commencement d’un monde

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (vote : 2, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Les Philoconférences de Trois-Rivières (cégep de Trois-Rivières et UQTR), en collaboration avec Une cité pour l’Homme et le collège Laflèche,  entreprendront l’année 2009 par une conférence de prestige : nous avons en effet l’immense plaisir de vous annoncer la visite, le mercredi 11 février prochain, du philosophe, écrivain essayiste et journaliste français de renom (Le Monde, Le Nouvel Obs), Jean-Claude Guillebaud.  Ce génial voyageur du monde des hommes et des idées, qui a vu plusieurs de ses œuvres primées (1),  nous entretiendra de son dernier livre, Le commencement d’un monde (Seuil, 2008).

Un rendez-vous à ne pas manquer !

La conférence aura lieu le mercredi  11 février à l’église St-James (au cœur de l’arrondissement historique de Trois-Rivières) à compter de 19h30.  Comme à l’habitude, l’entrée est libre.

La suite >

Philosophie Magazine, no. 19 (Merleau-Ponty)

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (aucune évaluation)
Loading...

Philosophie Magazine, no. 19 (mai 2008), 98p. [10.50$]

Le Dossier a pour thème « Vie publique, vie privée : où sont les limites ? ».

Dans la section Dialogue, l`écrivaine Nicole Malinconi et le psychanalyste Jacques André s`accordent tous deux à critiquer les notions d`irresponsabilité et de libre arbitre en matière de psychologie criminelle. Avec en toile de fond l`« Affaire Marc Dutroux », Malinconi affirme que « C`est vrai que notre héritage nous conditionne, mais jusqu`où ? Nous n`en sommes pas l`objet absolu. Il reste un point où le réveil est possible, où la décision peut être prise de considérer sa propre histoire. Un de mes lecteurs m`a écrit :  » On ne naît pas monstre, on le devient et, peut-être, est-il possible qu`on puisse ne pas le rester.  » Cela pose la question de l`acquiescement à sa singularité propre, à sa responsabilité » (p.32). Jacques André, lui, déclare « je ne crois pas que le réveil soit toujours possible, cette idée me paraît d`un optimisme qui me laisse songeur. Il y a des empreintes, des types de fixation qui font douter qu`on puisse réécrire un psychisme. C`est tout le décalage entre une représentation psychanalytique de la responsabilité et une représentation qui relève d`une pensée du libre arbitre, cette dernière s`appliquant actuellement dans le monde judiciaire et dans la société » (p.33).

La suite >